Côte d’Ivoire : Remise de CNIB et passeports à la diaspora burkinabè

1798 0

Les autorités diplomatiques et consulaires du Burkina Faso en Côte d’Ivoire ont procédé, ce vendredi 17 janvier 2020 au Consulat Général du Burkina Faso à Abidjan, à la remise couplée et symbolique des CNIB et passeports aux requérants de la diaspora burkinabè en Côte d’Ivoire. Cette cérémonie s’est tenue dans le contexte de la mission spéciale venue du Burkina Faso en vue de la délivrance des documents sus-cités. Sept (7) des dix-sept (17) Délégués au Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE) de la juridiction consulaire d’Abidjan ont, par ailleurs, reçu leurs cartes statutaires. 

En présence de Benjamin Nana, Consul général à Abidjan, Jonas Sawadogo, Coordinateur chargé de Mission de la mission spéciale, Serge Soubeiga, Secrétaire Général de l’ONI et de l’attaché de défense près la Représentation diplomatique, Col. Major Forogo Labawo, l’Ambassadeur Mahamadou Zongo du Burkina Faso en Côte d’Ivoire a loué les efforts de l’Etat burkinabè qui selon lui, malgré le contexte sécuritaire hystérique et alarmant, ne se dérobe pas de ses devoirs vis-à-vis de ses compatriotes de la diaspora pour les doter de pièces d’identité adéquates, en l’occurrence de CNIB et de passeports biométriques ordinaires.

Cette mission spéciale est la seconde du genre en Côte d’Ivoire et devrait y rester jusqu’au 23 Janvier 2020. A cet effet, le chef de la délégation burkinabè en Côte d’Ivoire a invité ses compatriotes à s’approprier cette opération en vue de se doter de ses pièces indispensables.

A ceux qui ont appelé à l’éclatement des sites d’enregistrement des Burkinabè dans le cadre de cette opération, il a estimé que « l’Administration travaille conformément aux textes en vigueur. Les textes, pour le moment, ne nous permettent pas d’agir en dehors du Consulat. (…) Ceux qui veulent se faire établir leurs pièces sont appelés à s’y présenter. (…) Faites ce que vous devez faire pour qu’on ait des résultats appréciés par tout le monde ».

« Les Délégués CSBE constituent un maillon très important »

Cette cérémonie fut également l’occasion de remettre officiellement à sept (7) des dix-sept (17) Délégués CSBE de la juridiction consulaire d’Abidjan leurs cartes statutaires.  Au cours de la conférence de presse consécutive à cette cérémonie de remise des CNIB et passeports aux requérants de la diaspora burkinabè, l’Ambassadeur Mahamadou Zongo est revenu sur leur mission.

« Les Délégués CSBE constituent un maillon très important dans l’organisation de la Représentation diplomatique. Je voudrais rappeler qu’en Côte d’Ivoire nous avons 17 délégués CSBE répartis sur l’ensemble du territoire. Ils sont l’interface entre la communauté et la Représentation diplomatique. Il y a des rencontres organisées régulièrement pour qu’ils puissent jouer leur partition, d’autant plus qu’en Côte d’Ivoire, il y a une spécificité avec la présence des délégués consulaires. 

Donc, nous articulons aux délégués CSBE les délégués consulaires. Leur feuille de route, c’est d’être à la fois le relais de l’Administration vis-à-vis de la communauté et, en retour, apporter la bonne information à l’Administration. Vous savez que l’une des difficultés auxquelles nous sommes confrontés ici, c’est l’organisation. Les délégués CSBE constituent le premier relais de l’Administration diplomatique et consulaire sur le terrain », a clairement expliqué l’Ambassadeur.

Prétendue fraude sur les CNIB en Côte d’Ivoire

Interrogé sur les supputations et accusations de fraude sur les CNIB en Côte d’Ivoire, par ailleurs relayées par l’opposition, l’Ambassadeur Burkinabè en Côte d ‘Ivoire, Zongo Mahamadou a été formel : « Si c’est en Côte d’Ivoire, c’est inexact ». Avec un peu plus de détails, le diplomate situe les faits : « Le samedi 11 janvier 2020, nous avons été saisis du fait qu’il y a une opération d’enrôlement parallèle, plus précisément dans la commune de Koumassi.

Nous avons envoyé une première équipe pour vérifier, qui a confirmé la présence de Burkinabè dans une école primaire. Et trois tentes qui avaient été aménagées à cet effet. Et il y a une 2è équipe qui est partie. Il s’est avéré que c’est une association qui s’est engagée à accompagner ceux qui voulaient avoir des certificats de nationalité, les appuyer, récupérer les actes de naissances, les envoyer au Burkina, à des tribunaux notamment à Ouaga, à Bobo, à Kaya et à Ziniaré pour l’établissement des certificats de nationalité.

Et lorsque les documents sont revenus, ils ont organisé une opération de remise de ces certificats de nationalité et ils ont profité demander à ceux qui étaient intéressés de s’inscrire, ils allaient les accompagner pour les amener au Consulat afin que l’ONI fasse le travail d’enrôlement. (…) Je me suis rassuré qu’il n’y avait pas d’enrôlement parallèle ».

L’Ambassadeur Mahamadou Zongo a indiqué avoir reçu dans les locaux de l’Ambassade du Burkina Faso où ses interlocuteurs issus de cette association  lui ont donné de vive voix l’assurance de la conformité  de leur démarche. « Je me suis rassuré qu’il n’y avait pas d’enrôlement parallèle. Il a eu même à dire qu’en aucun cas ils ne peuvent enrôler qui que ce soit, mais qu’ils les accompagnent. Je les ai écoutés et leur ai dit de faire preuve de prudence et surtout de communiquer avec la Représentation diplomatique pour qu’on ne se retrouve pas, dans une situation de suspicion. Voilà ce qui s’est passé », a clarifié l’Ambassadeur.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *