Gratuité des soins en 2019 au Burkina : Le RAME et ses partenaires font le constat

153 0

Les responsables du Réseau Accès aux Médicaments Essentiels (RAME) ont présenté, ce 20 janvier 2020 à Ouagadougou, le rapport alternatif citoyen de 2019 sur l’accès aux services de santé de janvier à septembre 2019. La collecte des données s’est effectuée dans 69 des 70 districts sanitaires du pays en partenariat avec 75 organisations communautaires locales de l’Observatoire Citoyen sur l’Accès aux Services de Santé (OCASS).

L’OCASS est un dispositif du RAME qui permet de collecter des données sur l’accès aux services de santé. Les données récoltées ont permis au RAME de produire un rapport. Dans ce rapport présenté le 20 janvier et qui s’étale sur 9 mois, 10 888 personnes dont 7744 patients ont été interviewées dans 485 centres de santé.

«  Au cours de l’année 2019, le dispositif de l’OCASS a pu été déployé dans 69 des 70 districts sanitaires du pays en partenariat avec 75 organisations communautaires locales qui sont les points focaux de l’OCASS.

La veille citoyenne de l’OCASS en 2019 a couvert particulièrement l’accès des patients de paludisme, de tuberculose et de VIH aux soins de santé ainsi que la mise en œuvre des mesures de gratuité des soins pour les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans. La collecte a également touché l’accès des populations aux services des agents de santé à Base communautaires (ASBC) », a expliqué Aisha Soulama/Belem, responsable du comité politique et système de santé du RAME.

Dans le rapport présenté, les patients ou leurs accompagnants  ont été interviewés dans les centres de santé afin d’obtenir leurs appréciations sur les services reçus.

Constat…

Les agents collecteurs ont aussi interviewé les agents de santé et les responsables des services de soins sur les différentes difficultés rencontrées. Aisha Soulama/Belem, a affirmé que toutes les données collectées sont compilées et analysées chaque trimestre et présentées auprès des autorités sanitaires.

Le rapport fait ressortir une bonne satisfaction des usagers par rapport à l’accueil par les agents de santé. 95% des usagers ont bien apprécié l’accueil. La mesure de gratuité des soins est appliquée dans toutes les formations sanitaires publiques. La bonne disponibilité globale des ARV pour les PvVIH aussi.

Lors des collectes, le RAME, à travers la collecte des données a noté 2049 cas de dysfonctionnements, les ruptures des médicaments représentent 79% et 18% pour les examens. Les usagers concernés par la mesure de gratuité des soins ont rencontré le plus de dysfonctionnement soit 59%, suivi des patients du VIH (2,5%), du paludisme (11 %), et de la tuberculose (2,3%).

Plusieurs notes d’insatisfaction ont  soulevées. Selon l’enquête, 9% des patients de paludisme et des bénéficiaires de la gratuité des soins ont été mal accueillis par les prestataires, 84% des patients de paludisme et 15% des femmes enceintes et les accompagnants des enfants de moins de 5 ans ont eu recours à des pharmacies externes pour satisfaire leurs ordonnances.

5,4% et 1,2% des femmes enceintes et des enfants de moins de 5 ans ont payé les soins et les consultations dans les centres publics de santé malgré les mesures de gratuité. Plus de 60% des ASBC dans les régions du Nord et des hauts Bassins ne disposent pas de médicaments nécessaires à la prise en charge des patients dans les villages.

Saly OUATTARA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre