Gambie : Le ministre de la justice met en garde l’ex-président Yayah Jammeh et ses partisans

136 0

En réponse aux manifestations des partisans de l’ancien homme fort de la Gambie, Yahya Jammeh, exigeant son retour au bercail, le ministre de la Justice Abubacarr Tambadou a indiqué que s’il s’aventurait à se présenter en Gambie, il serait arrêté et présenté devant les juridictions compétentes du pays pour les crimes présumés qu’il aurait commis durant ses 22 ans de pouvoir. 

Dans un discours lu à la faveur de la nouvelle année, Yahya Jammeh a indiqué qu’il réclamait le respect de ses droits, notamment celui de rentrer. Cette volonté a été amplifiée par des milliers de ses partisans qui, le 16 janvier 2020, ont manifesté dans la capitale Banjul pour réclamer son retour d’exil.

Pour le ministre de la Justice, Abubacarr Tambadou, le retour de l’ex-président ne se fera pas au détriment des poursuites qu’il encourt depuis sa chute  en 2017.

« Si l’ancien président Yahya Jammeh décidait de revenir en Gambie, il serait immédiatement arrêté et poursuivi pour des faits très graves. Il devra répondre des crimes dont il est accusé comme n’importe quel citoyen poursuivi dans ce pays », a-t-il déclaré le dimanche 19 Janvier 2020 au cours d’un discours prononcé en présence du président Adama Barrow, lors de l’ouverture de l’année juridique.

Aux victimes de Yayah Jammeh, le ministre gambien a tenté de rassurer : « Les criminels qui seront identifiés par la Commission Vérité seront poursuivis avec la plus grande rigueur par la Justice. Ces crimes seront jugés avec la plus grande sévérité et je promets aux victimes que ce n’est plus qu’une question de temps ».

Cette polémique survient alors que les travaux de la Commission Vérité Réconciliation ont repris en ce début de semaine.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina 24

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre