Sécurité technologique : Le FBI déverrouille l’iPhone 11 Pro sans l’aide d’Apple

920 0

En prise avec les autorités américaines sur la question de l’accès aux données cryptées de ses appareils, Apple vient d’essuyer un camouflet à la suite du déverrouillage de son dernier né l’iPhone 11 Pro par les services du FBI grâce au boîtier GrayKey mis sur pied par une autre entreprise. 

En faisant recours au boîtier GrayKey, le FBI souhaitait déverrouiller l’iPhone de Baris Alis Koch, un homme soupçonné d’avoir aidé son frère à quitter les Etats-Unis après sa condamnation. Selon son avocat, l’appareil était verrouillé et les autorités n’ont pas pu utiliser le système du Face ID.

Le boîtier GrayKey, conçu par Grayshift, une société fondée par un ancien d’Apple, qui coûte environ 30 000 dollars soit environ 20 millions de Fcfa, a par contre réussi à effectuer la manœuvre. Jusque-là, le boîtier fonctionnait uniquement sur des iPhone évoluant sous iOS 12 (ou des versions antérieures). Cette fois, c’est le dernier iPhone de la marque qui en a payé les frais et cela pourrait être lourd de conséquences pour Apple.

A propos de la redondante question du cryptage

« Nous aidons tout le temps Apple sur la question du commerce et sur bien d’autres problèmes et pourtant ils refusent de débloquer les téléphones utilisés par des tueurs, des dealers ou d’autres éléments criminels violents », s’était indigné Donald Trump sur Twitter au sujet du cryptage des informations par iPhone.

Après l’attaque en décembre de la base aéronavale de Pensacola, en Floride, le gouvernement américain avait réclamé l’accès aux deux iPhone du tireur que la police ne parvenait pas à débloquer. Mais l’entreprise technologique avait opposé une fin de non-recevoir. Apple reste alors fermement opposé à toute obligation légale de déverrouiller les smartphones de ses usagers, y compris dans le cadre d’une enquête criminelle.

En 2015, Apple et le ministère de la justice américaine s’étaient engagés dans une bataille similaire après la tuerie de San Bernardino en Californie qui avait fait 14 morts. Apple avait tourné le dos à la police qui sollicitait le décryptage du contenu du téléphone de l’un des auteurs de l’attentat. Le bras de fer s’était achevé en 2016, lorsque le gouvernement avait dépensé, selon la presse, un million de dollar soir environ 600 millions de Francs CFA pour qu’une société tierce développe un outil capable de contourner le cryptage.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina 24

Source : Le Point

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *