code électoral

Elections au Burkina : « Ce qui est sûr, les déplacés internes vont voter » (Siméon Sawadogo)

357 0

L’assemblée nationale a procédé à la modification de la loi sur le code électoral ce jeudi 23 janvier 2020. 120  députés ont voté “Pour” et deux députés se sont abstenus. La question du vote des personnes déplacées internes a été, par ailleurs, débattue au  sein du Parlement. 

Le chef de l’Etat avait appelé la classe politique pour un dialogue sur le calendrier électoral. A l’issue de ce dialogue politique tenu du 15 au 22 juillet 2019, un consensus avait été dégagé. Il s’agit, entre autre, de la relecture du code électoral; en ses aspects portant sur le vote de la diaspora, les opérations électorales et sur le mécanisme de compilation des résultats des scrutins. 

C’est dans ce cadre que la loi sur le code électoral a été révisée ce jeudi 23 janvier 2020. Selon le ministre d’Etat, ministre en charge de l’administration territoriale, Siméon Sawadogo, cette modification est le fruit des conclusions du dialogue politique. Les modifications portent sur les points tels que l’installation des bureaux de vote à l’extérieur, la prise en compte du fuseau horaire et l’utilisation de la carte d’électeur pour une période transitoire qui va jusqu’en décembre 2021. 

Lire également 👉Dialogue politique : Un seul point d’achoppement

Egalement, la remise instantanée des copies de messages électroniques portant résultats des communes à chaque candidat ou à son représentant aux échéances électorales est actée. De plus, La CENI est chargée d’annoncer les résultats de l’élection présidentielle, commune par commune, dans la presse audiovisuelle, avant la proclamation des résultats globaux. 

22 pays de la diaspora participeront aux échéances électorales à venir

Par ailleurs, cette loi prend en compte le maintien du mécanisme actuel de compilation des résultats des élections avec couplage de la compilation manuelle et électronique. Aussi, la loi induit-elle la suppression des dispositions relatives à l’élection des sénateurs représentant les collectivités territoriales. 

« Les élections sont organisées dans les pays dont les représentations diplomatiques ou consulaires comptent au moins 500 Burkinabè immatriculés. En cas de nécessité, il est créé plusieurs bureaux de vote dans l’enceinte des ambassades et des consulats généraux du Burkina Faso et en tout autre lieu en accord avec le pays hôte », dit l’article 72  de la nouvelle loi.

Toutefois, les députés ont posés le problème des votes des déplacés internes. « Des réflexions sont toujours en cours. Ce qui est sûr, les déplacés internes vont voter », a rassuré le ministre d’Etat Siméon Sawadogo.

En rappel, 22 pays de la diaspora participeront aux échéances électorales à venir. L’organisation des élections de 2020 et de 2021 sont estimées à plus de 109 milliards de FCFA. 

Jules César KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre