Burkina : OXFAM présente son rapport sur les inégalités dans le monde

135 0

OXFAM a présenté son rapport sur les inégalités dans le monde, ce vendredi 24 janvier 2020 à Ouagadougou. Ces inégalités font référence à la notion d’écart, de différence dans l’accès aux ressources de services de base ou à l’espace politique des différents groupes sociaux.

« Les filles et femmes issues des groupes marginalisés assument chaque jour environ 12,5 milliards de dollars de travail non rémunéré », c’est ce que révèle le rapport d’Oxfam sur les inégalités.

Ce rapport intitulé, “Rapport sur les inégalités dans le monde : « Celles qui comptent »”, se réalise chaque année à l’orée du sommet de Davos en Suisse. Un sommet qui réunit des dirigeants d’entreprises, des responsables politiques du monde entier ainsi que des intellectuels et des journalistes, afin de débattre des problèmes les plus urgents de la planète. 

Selon Sosthène Konaté, directeur pays de Oxfam, ce rapport « montre à la face du monde, combien certaines personnes cumulent des richesses au dépend d’autres personnes surtout la majorité. Ce rapport fait ressortir que les 22 personnes les plus riches du monde accumulent 2 fois plus de richesses que l’ensemble des femmes d’Afrique », dit-il.

Selon lui, les femmes soutiennent l’économie en réalisant des taches peu ou non rémunérées. Pour Mariamé Ouattara, économiste sociale et familiale, experte en genre;  cette conférence leur a permis de toucher du doigt, les inégalités fondées sur la division sexuelle du travail, surtout celui de la maison.

“Ceux qui sont peu riches paient moins d’impôts”

« Il s’agit des activités de reproductions sociales qui consistent à assurer le ménage, à assurer le soin aux malades et faire à manger et même faire des enfants, qui pèsent également sur les épaules des filles et des femmes dues à la répartition sexuelle du travail; fondé sur les croyances et les normes sociaux culturel; qui sont surtout patriarcales chez nous. Ces inégalités, nous on fait comprendre aussi qu’en terme de ressources, ça ne fait que paupériser les femmes, parce qu’elles n’ont pas le temps avec ces charges d’aller entreprendre des activités économiques en dehors de la maison », a-t-elle dit.

Les conférenciers font ressortir que ce rapport  montre que sur 67 millions de travailleurs domestiques dans le monde, 80% sont des femmes et seulement 10% jouissent des droits de travail. Il ressort aussi,  qu’au Burkina Faso, 20 % des personnes les plus riches partagent 44% des revenus contre 80% pour les 56% restants. 

« Ceux qui sont peu riches paient moins d’impôts. La fiscalité est souvent avantageuse pour ces personnes. Les analyses ont montré qu’augmenter de 0.5, le fisc permet de créer près de 107 millions d’emplois à travers le monde », a indiqué Sosthène Konaté.

Comme recommandation issue de ce rapport, il ressort qu’il faut mettre un terme à l’extrême richesse pour lutter contre l’extrême pauvreté. Et qu’il faut mettre en place dès la maison, le système de la répartition des taches de soin pour tous, sans distinction de sexe.

Saly OUATTARA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre