« Nuit de l’enfant leader » au Burkina :« Nous voulons nous sentir protégés pour pouvoir aller à l’école »

145 0

Le forum national des enfants et la « nuit de l’enfant leader » ont pris fin hier 25 janvier 2020 à Ouagadougou. Organisés par l’organisation non gouvernementale Children Believe en partenariat avec l’UNICEF, ces évènements qui ont rassemblé plus de 350 enfants venus des différentes régions du Burkina Faso, s’inscrivent dans le cadre du processus de mise en œuvre de l’approche « Redevabilité Sensible à l’enfant-RSE ».

Le forum national des enfants et la « nuit de l’enfant leader » sont placés sous le haut patronage du Président de l’Assemblée Nationale du Burkina Faso, Alassane Bala Sakandé, sous la présidence du Ministre d’Etat, Siméon Sawadogo et sous le parrainage du ministre en charge de l’Education Nationale, Stanislas Ouaro.

Ces évènements ont pour objectif majeur de créer d’une part un cadre d’échange et de partage entre enfants et adolescents leaders des différentes régions et d’autres part d’offrir aux enfants un espace pour un dialogue citoyen avec les « principaux  titulaires d’obligations et de responsabilités » notamment les autorités nationales, sur les questions concernant les enfants. Ceci en lien avec les objectifs de développement durable.

« Nous sommes véritablement satisfaits »

Le forum qui a offert un cadre de travail et d’échange à plus de 350 enfants venus de différentes régions du Burkina avait pour thème « Protection de l’Enfant dans un contexte de violences et d’insécurité grandissante ».

Durant deux jours, ces enfants ont travaillé en ateliers et ont pu avoir des échanges avec certaines autorités notamment le PAN. Pour les organisateurs, le choix de ce thème se justifie par « le besoin d’offrir un cadre d’expression aux enfants qui sont beaucoup affectés par la situation sécuritaire actuelle au Burkina ».

« Nous sommes véritablement satisfaits quand on regarde les réflexions menées par les enfants. Ils se sont formés, ils ont fait des analyses et des propositions. Ils ont également adressé des messages bien ciblés à l’endroit des responsables afin que ces derniers accordent une plus grande attention en faveur de leur éducation surtout en ces temps d’insécurité », a laissé entendre Mavalow Christelle, directrice pour l’Afrique de l’ouest de l’ONG Children Believe.

A l’en croire, les préoccupations des enfants ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. « Je pense que la présence des autorités à nos côtés prouve déjà qu’il y a une oreille attentive », a ajouté Mavalow Christelle.

« Nous voulons nous sentir protéger pour pouvoir aller à l’école »

Les enfants lors de leurs allocutions ont demandé aux autorités de travailler de manière à permettre à tous les enfants réfugiés (déplacés internes) de retrouver le chemin des classes.

« Ce sont plus de 500 000 enfants qui sont à présent refugiés dans leur propre pays », a déclaré Sandwidi B. Sophie, élève en classe de terminale D au Lycée Diapa Lompo de Fada N’gourma. Aussi les enfants ont-ils exprimé leur besoin de se sentir en sécurité en ces moments difficiles. « Que deviendrons-nous si ce phénomène perdure ? Nous voulons nous sentir protégés pour pouvoir aller à l’école et rejoindre nos demeures respectives sans crainte », a exhorté Dayamba Sétou, élève en classe de première D au Lycée Untaani de Diapaga.

Présente à la cérémonie, la gouverneure de la région du plateau central, Nana Fatoumata Benon, considère que le message des enfants est interpellateur. « Le message est très interpellateur. Beaucoup d’actions sont entreprises dans ce sens par le gouvernement. Les enfants ont exigé le respect de leur droit à la vie dans un environnement sain.

Le gouvernement s’attèle à travers des mesures de réinscription des enfants dans les écoles où leur sécurité est garantie. Il y a également des prises en charge psychologique en faveur des enfants et la création de centres d’amis d’enfants afin de faciliter la réinsertion des enfants », s’est exprimé Nana Fatoumata Benon.

Amadou ZEBA (Stagiaire)

Burrkina24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre