Santé : Le Burkina reprend la gestion de ses données personnelles

126 0

Les tablettes du Registre Électronique de Consultation (REC) ont été mises à jour ce lundi 27 janvier 2020 à Gourcy dans la région du Nord. Avec cette mise à niveau, le ministère de la santé reprend le pilotage du projet en main. 

Plus de 1.600 Centres de Santé et de Promotion Sociale (CSPS) ont bénéficié de l’apport des tablettes dans le processus de consultations des enfants de 0 à 5 ans. Au total, c’est plus 4.000 agents de santé qui ont utilisé cette technologie pour environ 5 millions de personnes consultées.  Après 5 ans de mise en œuvre, l’Organisation Non Gouvernementale “Terre Des Hommes” passe le flambeau au ministère de la santé.

Un transfert de compétence qui répond à des ambitions et normes bien précises, selon le directeur de cabinet de la ministre de la santé, Emmanuel Séogho; et ce, malgré les « résultats probants ».  Entres autres raisons qui ont dicté cette récupération, il y a la question des lignes tracées par la politique de développement des Technologies de l’Information et de la Communication. Également, la cyber-stratégie sectorielle e-santé a contribué.

Réduire les coûts et permettre une bonne appropriation…

« Jusque-là, c’était hébergé hors du Burkina Faso. Maintenant on a décidé de l’héberger au Burkina Faso. Ce sont des données personnelles, donc, il n’y a pas de raisons que ça soit hébergé ailleurs. Et avec les textes en vigueur en la matière, il était bon qu’on passe à l’hébergement local », a souligné Emmanuel Séogho. C’est, à l’écouter, pour un souci de souveraineté que le projet a changé de main.

Une photo de famille des autorités avec les participants

Ce transfert ambitionne réduire les coûts et permettre une bonne appropriation par les bénéficiaires. Aussi, le ministère veut-il le développement d’une expertise locale. Sur les cinq ans de mise en œuvre, les acteurs de l’ONG Terre des Hommes disent avoir rencontré quelques difficultés.

« Les difficultés sont surtout d’ordre technique. Il peut arriver qu’il y ait des difficultés dans des zones éloignées. Il y aussi le problème de la connectivité », a déclaré Luc Kaboré, le coordonnateur du programme santé de l’ONG  Terre des Hommes. 

Le REC est une composante d’un projet dénommé Integral eDiagnostic Approch (IeDA). Ledit projet vise  à améliorer significativement la prise en charge clinique des enfants de moins de 5 ans. Le REC est une base de données électroniques permettant d’enregistrer les consultations pour des besoins ultérieurs. Il offre aussi la possibilité à l’infirmier ou au médecin d’avoir un traitement pour le patient sur la plateforme. 

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre