Burkina : Le ministère de l’éducation prévoit une collecte de fonds pour les FDS et les déplacés

1166 0

Le Ministère de l’Education Nationale, de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales tient ce jeudi 30 janvier 2020 son premier Conseil d’Administration du Secteur Ministériel (CASEM) ordinaire de l’année 2020. Au menu de ce CASEM, la validation et l’adoption du bilan de réalisation des activités 2019 et du programme d’activités 2020 du ministère.

C’est dans un contexte sécuritaire difficile marqué par la fermeture de beaucoup d’établissements scolaires que se tient le premier CASEM ordinaire 2020 du Ministère de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la promotion des langues nationales.

La crise sécuritaire à laquelle le Burkina Faso fait face affecte énormément le système éducatif. A la date du 16 janvier 2020, l’on enregistrait 2 341 établissements fermés, affectant 319 334 élèves et 9 882 enseignants avec 623 établissements endommagés, selon un bilan communiqué par le ministre Stanislas Ouaro.

Six régions dont la Boucle du Mouhoun, le Nord, le Sahel, l’Est, le Centre-Est, le Centre-Nord ont vu leur système éducatif affecté par la crise sécuritaire qui s’étend aux régions du Centre-Sud et des Cascades. Au stade actuel, on enregistre 27 communes où tous les établissements scolaires sont fermés et 54 communes où une partie des établissements est fermée.

20 000 élèves déplacés internes réinscrits

A ce bilan peu reluisant s’ajoutent les mouvements sociaux enregistrés au niveau des acteurs de la chaîne de dépense, lesquels ont impacté la mise en œuvre des activités programmées du MENAPLN en 2019.

Mais bien qu’ayant connu une année 2019 difficile, la mise en œuvre du programme d’activités 2019 a permis d’engranger un certain nombre de résultats tangibles, l’on parle même d’un taux d’exécution de 90,88% des actions programmées en 2019. Au titre de ces résultats, on note la tenue de deux sessions d’examen (la session normale et la session spéciale pour les élèves affectés par l’insécurité).

A cela, il faut ajouter la réouverture entre octobre 2019 et janvier 2020 de 752 établissements et la réinscription de 20 000 élèves déplacés internes.

Cette performance a été saluée par le ministre de l’Education Nationale, de l’Alphabétisation et de la promotion des langues nationales, Pr Stanislas Ouaro, qui note que grâce aux efforts conjugués par les acteurs de son département, les résultats en termes de taux d’exécution des activités au titre du plan d’action ne cesse de croître ces dernières années. 

« De 72,76% en 2017, il est passé à 81,19% en 2018 et à 90,9% en 2019. Ces taux montrent que l’essentiel des activités d’éducation et de formation, d’encadrement et de pilotage au niveau du ministère ont été menées. Ces résultats sont très encourageants même si des efforts restent à faire pour relever de nouveaux défis », se félicite le ministre.

Les cadres du MENAPLN participant au 1er CASEM ordinaire 2020

Les cadres du MENAPLN mettront à profit ce premier CASEM ordinaire de 2020 pour adopter le Plan d’action 2020. Au cours d’un conseil de cabinet extraordinaire élargi sur l’éducation en situation d’urgence tenu les 23 et 24 janvier 2020, des recommandations ont été formulées à l’issue d’une analyse objective et multidimensionnelle de la situation qui prévaut dans le secteur de l’éducation.

Ainsi il a été retenu quatre recommandations que sont la mise en place d’un fonds d’urgence au MENAPLN avec des procédures de gestion exceptionnelles pour la prise en charge des situations d’urgence, l’enlèvement des vivres, du mobilier et des équipements dans les établissements fermés et dans les magasins de transit pour les établissements d’accueil avec l’appui des Forces de Défenses et de Sécurité, la mise en place d’un dispositif de retrait des ressources transférées aux communes où tous les établissements sont fermés en tenant compte de l’évolution de la situation et en concertation avec toutes les parties prenantes et enfin l’organisation d’une collecte de fonds auprès des acteurs du MENAPLN pour soutenir les FDS dans leur mission de sécurisation du territoire.

Cette dernière recommandation fera d’ailleurs l’objet d’échanges au cours de ce premier CASEM et tous les acteurs du ministère, les élèves y compris seront sollicités à faire des contributions volontaires pour soutenir les FDS dans leur mission de sécurisation du territoire, les familles des victimes des attaques terroristes et les personnes déplacées. De l’avis du ministre Ouaro, à travers cette collecte, le plus important c’est l’éducation à la solidarité, à la citoyenneté et à l’appartenance au pays qui sera inculqué aux plus jeunes.

Réagissant par rapport aux menaces de la Coordination nationale des syndicats de l’éducation de repartir en grève les semaines à venir, le ministre Ouaro, tout en invitant les partenaires sociaux au dialogue, a fait savoir que la mise en œuvre du protocole d’accord des syndicats se poursuit.

Maxime KABORE

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *