Augmentation de tarifs chez Orange Burkina : L’ARCEP a émis un avis défavorable

174 0

L’opérateur téléphonique, Orange Burkina, a annoncé une augmentation de ses tarifs. Et les réactions s’enchaînent. 

Orange Burkina a annoncé pour bientôt une augmentation de ses tarifs et prestations de services. Le Premier ministre, Christophe Dabiré, a jugé « inacceptable » cette décision. La ligue des consommateurs est montée au créneau pour exprimer sa désapprobation. Elle menace même d’appeler au boycott des services de la filiale du géant français.

Pour sa part, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) a émis un avis défavorable face à l’intention du leader de la monnaie électronique au Burkina. L’autorité de régulation a, en effet, été saisie par Orange Burkina d’une augmentation de tarifs conformément aux textes.

« L’augmentation ne doit pas être systématique »

Le premier responsable de l’ARCEP, Tontama Charles Millogo,  s’est expliqué aux micros de la RTB : « Conformément donc à nos prérogatives et missions, nous avons examiné cette demande de modification annoncée par Orange. Et nous avons émis un avis. Notre avis est un avis défavorable pour deux raisons essentielles.

Orange évoque que l’augmentation des tarifs est consécutive à l’augmentation de la taxe spécifique. Disons que cette augmentation dont Orange a le droit ; parce qu’il faut le dire, Orange a la possibilité d’augmenter les tarifs conformément aux textes où nous sommes dans un régime de libre concurrence, de libre fixation de prix ; cependant, ceci doit répondre à un certain nombre de règles.

L’augmentation ne doit pas être systématique. Elle doit répondre à des impératifs. Et donc quand nous avons examiné, nous avons trouvé que Orange n’a fourni aucun élément technique qui permet donc d’analyser, de faire une analyse économique qui puisse montrer que la situation actuelle leur impose de procéder à l’augmentation tarifaire ».

« Nous ne sommes pas prêts à supporter cette augmentation »

La ligue des consommateurs, également, ne l’entend pas de cette oreille. D’autant plus que, ont constaté ses responsables, les services de télécommunications sont déjà chers au Burkina Faso.

« C’est sur leur chiffre d’affaire et autres bénéfices que l’effort a été demandé. Alors, en répercutant cette augmentation à l’endroit des consommateurs, c’est comme si cette augmentation revenait impérativement aux consommateurs. Malheureusement, nous ne sommes pas prêts à supporter cette augmentation ; parce que, véritablement, pour l’instant, la communication déjà coûte chère », a déclaré Dasmané Traoré, président de la ligue des consommateurs face à la presse le 3 février 2020.

Toutefois, pour l’heure, des questions taraudent toujours les esprits. Quelle est la position des deux autres opérateurs téléphoniques, ONATEL et Telecel ? Orange Burkina est-il le seul opérateur concerné par l’augmentation de la taxe spécifique ?

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre