programme national pour la gestion intégrée des ressources en eau (PN-GIRE)

Gestion intégrée des ressources en eau : Le comité de revue  fait le point des activités

593 0

Le Comité de revue du programme national pour la gestion intégrée des ressources en eau (PN-GIRE) a tenu sa première session de l’année 2020. Il s’agissait pour les participants d’examiner les programmes d’activités annuels de 2019 et de proposer des recommandations. C’était ce mardi 4 février 2020 à Ouagadougou.

Le Burkina Faso a adopté la Gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) comme mode privilégié de gestion durable des ressources en eau. Ainsi, sur la période 2016-2030, le gouvernement a adopté un Programme national de Gestion intégrée des ressources en eau (PN-GIRE), dont l’objectif stratégique est de contribuer durablement à la satisfaction des besoins en eau douce des usagers et des écosystèmes aquatiques.

Pour ce faire, un certain nombre d’actions sont prévues à savoir, entre autres, l’opérationnalisation de la police de l’eau, la lutte contre la pollution et les plantes aquatiques envahissantes, la sensibilisation des populations pour l’adoption de comportements qui garantissent une bonne gestion des ressources en eau.

A 10 mois de la fin de la première phase (2016-2020), le comité de revue a fait le bilan des activités ce mardi 4 février 2020 à Ouagadougou. Cette rencontre visait à examiner la mise en œuvre des recommandations des sessions passées du  Plan de travail et du budget (PTB) et les perspectives.

Secrétaire général du ministère de l’eau, Alassoum Sori
Alassoum Sori, Secrétaire général du ministère de l’eau

Pour le Secrétaire général du ministère de l’eau, Alassoum Sori, il s’est dit satisfait des résultats obtenus. « Sur 972 tâches programmées, 709 ont été entièrement réalisées. Globalement, le taux factuel d’exécution est de 77,47%, soit un taux d’exécution pondéré de 75,27% pour le PTB 2019 contre 79,21% à la même période en 2018. Le taux d’exécution financière s’élève à 69,33% », a-t-il indiqué.

A l’écouter, l’opérationnalisation de la police de l’eau dans les 13 régions, la mise en place des comités locaux de l’eau (CLE), la délimitation des bandes de servitudes de 11 barrages, la lutte contre le comblement des retenues d’eau, le curage de barrage, sont entre autres, des activités qui ont permis d’atteindre ces résultats.

“On est passé de 0 franc à près de 700 millions de FCFA durant les 4 dernières années”

« Le curage pilote du barrage  de Kuila d’une capacité de 100 00 m3 dans le bassin de Nakambé a permis une augmentation de la capacité de stockage. Cette activité pilote a permis de créer des emplois temporaires permettant d’améliorer le revenu des populations locales », a laissé entendre Alassoum Sori.

Au titre des acquis de l’année 2019, le Secrétaire permanent de la GIRE, Moustapha Congo, a souligné que le recouvrement de la contribution financière en matière d’eau qui, au cours des quatre dernières années, s’est amélioré.

« On est passé de 0 franc à près de 700 millions de FCFA durant les 4 dernières années. C’est vrai que le potentiel est grand, mais le travail consiste à continuer à sensibiliser et à élargir la base de l’assiette », a-t-il expliqué.

Jules César KABORE

Burkina 24

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *