Burkina : Un curricula d’enseignement de 4 mois au lieu de 9 pour les zones à fort défi sécuritaire

Le Pr Stanislas Ouaro, ministre de l’éducation nationale, a présenté, ce 6 février 2020 en conférence de presse, le programme « éducation d’urgence ». Il est également revenu sur la souscription volontaire en vue de venir en aide aux Forces de défense et de sécurité.

« A la date du 30 janvier 2020, nous enregistrons 2 369 établissements fermés affectant 325 245 élèves et 10 048 enseignants avec 623 établissements endommagés », a déclaré le ministre de l’éducation nationale, le Pr Stanislas Ouaro. Une déclaration qui situe l’état du secteur de l’éducation au « Pays des hommes intègres ». Et pour ne pas arranger les choses, l’attaque du 3 février 2020 à Lamdamoal a conduit à la fermeture de 36 autres écoles.

Afin d’apporter une réponse efficace à cette situation, il a été mis en place un programme spécifique pour les zones à fort défi sécuritaire. Il s’agit du programme d’éducation en situation d’urgence. Des mesures qui ont permis, selon le ministre, d’inscrire des élèves déplacés dans des établissements d’accueil, de redéployer des enseignants des établissements fermés et de regrouper les élèves des classes d’examen.

En dépit de ces résultats jugés « bons », le ministre a souligné que l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Ainsi, plus de 6 régions restent toujours en proie à cette situation non confortable pour l’éducation nationale. La réinscription de plus de 20 000 élèves des établissements fermés et la réhabilitation des établissements endommagés n’ont donc pas suffi  pour offrir une éducation de qualité et équitable à tous les Burkinabè. D’où la tenue d’un conseil de cabinet extraordinaire les 23 et 24 janvier 2020.

« Cette situation à la fois préoccupante et volatile laisse ainsi présager une difficile scolarisation des enfants ou même l’impossibilité de poursuivre les activités pédagogiques dans certaines localités de ces régions. Notre objectif était qu’ensemble, nous puissions mener la réflexion, faire une analyse objective et multidimensionnelle de la situation qui prévaut dans le secteur de l’éducation » 

Pr Stanislas Ouaro

A l’issue de ce conseil extraordinaire, le ministre de l’éducation nationale a indiqué que des recommandations ont été faites pour aboutir à des résultats probants. Et une des recommandations était la mise en place d’une collecte de fonds pour soutenir les FDS. « L’objectif visé par cette collecte de fonds est de promouvoir une éducation à la solidarité et à la citoyenneté au sein de la communauté éducative », a dit le Pr Stanislas Ouaro.

Avec ses 114 000 agents, le MENAPLN touche environ 4 500 000 élèves. Des chiffres qui offrent l’opportunité de toucher un plus grand nombre de personnes et par ricochet réussir cette opération de collecte. « La collecte sera faite auprès des élèves par les professeurs principaux. Un bilan sera intégralement fait à la fin du processus et c’est une initiative que nous voulons pérenne », a ajouté le Pr Ouaro.

Pour la mise en œuvre de l’éducation en situation d’urgence, le Burkina Faso sera doté d’une enveloppe de 11 millions d’euro. Une somme conséquente pour le ministère qui entend construire des classes déplaçables (des préfabriquées) pour secourir les élèves déplacés et redéployer les 10 048 enseignants affectés par l’insécurité. Une autre mesure est la mise en place d’un curricula d’enseignement adapté pour permettre d’offrir une éducation de qualité en 4 mois.

La relation entre le ministère de l’éducation et les partenaires sociaux que sont, entre autres les syndicats, était également au cœur des échanges. Pour le ministre, le gouvernement a exécuté 39 des 56 points d’engagements signés avec les syndicats. Et pour le reste, il assure que le gouvernement y travaille. Cependant, avec 385 milliards de F CFA comme masse salariale en 2019, les choses ne semblent pas être faciles, à l’entendre.

Basile SAMA

Burkina 24



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page