Burkina : Marcel Zinsonné dénonce les irrégularités du processus d’enrôlement de la diaspora

452 0

Ce dimanche 09 février 2020, Marcel Zinsonné, Secrétaire général à la formation politique de la section ivoirienne de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) a organisé une conférence de presse aux Deux Plateaux à Cocody, à Abidjan, la capitale économique ivoirienne. Il a relevé les irrégularités  du processus d’enrôlement des Burkinabè de l’extérieur sur le fichier électoral.

 Marcel Zinsonné a partagé son ressenti et ses observations principalement sur l’actualité touchant au processus d’enrôlement, qui selon lui, a démontré la volonté manifeste du gouvernement de réduire au strict minimum le collège électoral du côté de la diaspora. La Carte Nationale d’Identité Burkinabè, CNIB, comme pièce exclusive  de vote au détriment de la carte consulaire serait alors la panacée pour y arriver.

Marcel Zinsonné a fait remarquer une cacophonie au sommet de l’État entre trois ministères, d’une part celui de l’Administration du territoire, celui de l’Intégration Africaine et celui des Affaires Etrangères et d’autre part, les deux institutions que sont la Commission Electorale Nationale Indépendante et, CENI, et l’Officie National d’Identification, ONI.

La diaspora burkinabè aurait donc payé le prix de ce manque de coordination.

A en croire les explications du militant de l’UPC en Côte d’Ivoire, le chef du gouvernement avait demandé à la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), la suspension de l’opération d’enrôlement hors du pays mais cette dernière a répondu être très avancée dans la planification du processus d’opération d’enrôlement. C’est finalement le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration du territoire et de la décentralisation Siméon Sawadogo, par ailleurs président de la réunion du comité de suivi de la mise en œuvre des recommandations du dialogue politique,   malgré cette nouvelle, qui  s’est proposé à prendre part au lancement de l’opération à Abidjan en Côte d’Ivoire le 04 Janvier 2020.

« L’issue des opérations de l’enrôlement des électeurs pourrait, aux dires de Marcel Zinsonné, se solder par un embrouillamini sans précédent… Le laboratoire MPP veut susciter à dessein une action judiciaire pour briser l’élan de l’enrôlement » en vue de réduire la participation des Burkinabè de la diaspora.

La CENI et l’opposition se seraient donc retrouvées dans un piège savamment orchestré par le pouvoir. Par ailleurs, il a fait remarquer que ce processus d’enrôlement au Burkina Faso a été réalisé avec « un matériel vétuste et peu fiable ». Le conférencier du jour a soutenu que cette guéguerre judiciaire ajoutée à la loi instaurant l’État d’urgence sur dix-huit (18) nouveaux mois soit (6) mois au-delà du mandat en cours du Président du Faso clarifie nettement les intentions et la stratégie du régime MPP qui est de conserver le pouvoir au-delà des dispositions constitutionnelles.

Le secrétaire général à la formation politique de la section ivoirienne de l’UPC en appelle à la vigilance du Chef de l’Etat qui en a un fait un engagement personnel afin qu’il ne soit pas induit en erreur par son entourage.

Pour toutes ces raisons, la section ivoirienne du l’UPC par la voix de son cadre,  exige « la reprise » de ce processus.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina24 en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre