Soudan: Omar el-Béchir pourrait être transféré à la CPI

320 0

L’ex-président soudanais Omar el-Béchir a de fortes chances d’être transféré à la Cour pénale internationale, CPI. Cette annonce faite le mardi 11 février 2020 émane d’un négociateur du gouvernement de Khartoum, à l’issue d’une nouvelle séance de pourparlers avec les mouvements rebelles. Ce transfèrement pourrait se faire un peu plus vite qu’il ne le semble.

« Nous avons trouvé un accord sur les personnes condamnées par la CPI, je le dis très clairement », a indiqué ce mardi 11 février 2020 après-midi, le négociateur soudanais Mohamed Hassan Altaishi. Cette déclaration insinue que les responsables de « crimes contre l’humanité » et « crimes de guerre » commis au Darfour pourront être livrés à la Cour pénale internationale, au terme de l’accord actuellement en négociation avec les mouvements rebelles.

Même s’il n’a jamais été nommément cité par le négociateur, l’ex-président Omar el-Béchir se voit directement touché par cette décision étant donné qu’il fait l’objet d’un mandat d’arrêt de la CPI. Cette question n’est que l’un des points d’un accord plus large au cœur des négociations à Juba avec les mouvements rebelles du Darfour et d’autres régions du Soudan.

La question du transfèrement d’Omar el-Béchir avait été souvent énumérée parmi les sujets à négocier entre les autorités de transition soudanaises et les mouvements rebelles réunis au Soudan du Sud en vue d’obtenir une paix globale. Les autorités de Khartoum se sont dites favorables à cette possibilité pour donner une chance à la paix avec des groupes rebelles du Darfour comme ils l’ont exigé. A ce stade et alors que les opinions divergent au sein des instances dirigeantes, aucun accord formel n’a encore été signé entre les différentes parties à l’approche de la date de signature d’un accord.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre