Lucie Kambiré : “Les gens qui nous tuent, ce sont nos enfants”

79 0

Les foras régionaux se poursuivent dans les différents chefs-lieux de provinces. La Ministre de la femme est allée à Gaoua à la rencontre des femmes de la région du Sud-ouest ce mardi 11 février 2020.

Identifier des stratégies à même de renforcer les capacités de résilience des femmes face à la crise sécuritaire, sensibiliser les populations sur l’impact différencié de l’insécurité sur les femmes et les hommes, faire le bilan de la mise en œuvre des engagements pris par le Chef de l’Etat lors du 5ème forum national des femmes, présenter les préoccupations des femmes, c’est l’objectif fixé par  Laurence Marshall Ilboudo, Ministre de la femme en regroupant les femmes du Sud-Ouest pour leur parler de résilience.

Nous voyons aujourd’hui les femmes engagées. Les femmes qui se rendent compte que l’incarnation parfaite de la résilience reste la femme“, dit-elle.

Laurence Marshall Ilboudo ajoute que la région du Sud-Ouest a un fort potentiel de développement. Et que si les femmes du Sud-ouest s’impliquent fortement, le développement sera bien amorcé.
Aujourd’hui on a tiré la sonnette d’alarme pour actionner le bouton fonction, pour que les femmes soient plus actives et participatives au développement de notre pays“, dit-elle.

Lors de cette rencontre, les femmes du Sud-Ouest ont pris l’engagement d’accompagner le gouvernement et d’amener les femmes à être plus responsables de l’éducation de leurs enfants.

Amener les femmes à la résilience, c’est amener les femmes à prendre leurs responsabilités vis-à-vis de l’éducation de leurs enfants. Les gens qui nous tuent ne sont pas des personnes étrangères, ce sont nos enfants“, explique Eulodie Lucie Kambiré, coordinatrice régionale des femmes du Sud-Ouest.

Les femmes du Sud-ouest ont aussi fait des doléances. Elles demandent 200 forages pour leur localité et l’amélioration des conditions au niveau des centres de santé en demandant leur dotation en matériels nécessaires et des spécialistes au niveau de la gynécologie et la pédiatrie. Elles sollicitent aussi l’amélioration des conditions  de micro- crédit et l’allègement des garanties.

Il faut noter que les foras 2020 auront lieu dans tous les chefs-lieux de régions et porte sur le thème “crises sécuritaires au Burkina: quelles stratégies pour une meilleure résilience des femmes“.

Lors de ces rencontres, des pagnes 8-Mars ont été  offerts aux coordinatrices pour les femmes démunies.

Saly OUATTARA
Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre