Sécurité routière : La Jeune Chambre Internationale en fait son cheval de bataille

46 0

La Jeune Chambre Internationale de Ouagadougou a lancé ce vendredi 14 février 2020 son projet dénommé « un citoyen motorisé un casque” à l’Ecole des métiers du Bangré à l’arrondissement 10  de Ouagadougou.

La problématique des accidents de circulation qui impliquent les utilisateurs des motocyclettes est préoccupante pour la Jeune Chambre Internationale de Ouagadougou (JCI). Pour contribuer à la réduction du nombre des victimes des accidents de la route, notamment la jeunesse scolaire, elle a lancé la 5e édition du projet « un citoyen motorisé, un casque » à l’Ecole des métiers du Bangré. L’objectif de ce projet est  de sensibiliser les élèves sur le port du casque et la sécurité routière.

Photo de famille avec les membres du club pilote de l’Ecole des métiers ainsi que les élèves

Selon la présidente exécutive de la JCI Kisswensida Inès Tapsoba, cette activité est dédiée aux élèves pour leur donner le ton. « Qu’ils prennent conscience qu’un citoyen motorisé doit avoir forcément un casque, car le casque est nécessaire pour sa survie. C’est vrai que le casque n’empêche pas l’accident. Cependant, le casque préserve sa vie », a-t-elle affirmé.

La JCI est accompagnée par l’ONASER dans ses différentes actions de sensibilisation. Le Directeur Général de l’ONASER, Adama Korhogo a avancé   que le port du casque qui a retenu l’attention de la JCI parait un thème très pertinent car il permet de sauver des vies et d’éviter des traumatismes crâniens suite à des accidents.

Le DG de l’ONASER répond aux questions des journalistes. Il est entouré de la présidente exécutive de la JCI à gauche et des deux parrains à  droite

« C’est seulement par la mobilisation que nous pouvons arriver à faire changer les comportements, faire en sorte que chaque matin, tout citoyen qui sort de chez lui puisse avoir à l’esprit que le chemin pour arriver là où il veut, peut être aussi le chemin de ne pas arriver », a-t-il ajouté, en précisant que, « la route a un langage et sanctionne souvent mortellement, si on n’écoute pas ce langage ».

Les statistiques en matière d’accidents de la route avec lésions enregistrées sont alarmantes. C’est pourquoi Rodrigue Bayala  s’est engagé à coparrainer cette activité.

« Pendant que nous sensibilisons en même temps au code de la route, au bon comportement sur la route, il faut également prendre des précautions pour que si cela arrive, que les conséquences soient amoindries», a-t-il relaté.

Au cours de la cérémonie de lancement du projet « un citoyen motorisé, un casque », des attestations de reconnaissances, ainsi que des trophées ont été décernés aux partenaires, aux parrains, accompagnateurs et à la première responsable de l’Ecole des métiers. Un panneau stop a été également implanté. Il a pour rôle d’attirer l’attention des usagers et de contribuer à leur sensibilisation.

Les élèves de l’Ecole des métiers du Bangré autour du panneau stop

Le projet « un citoyen motorisé, un casque » de la Jeune Chambre Internationale de Ouagadougou est à sa 5e édition et est accueilli pour la   2e fois à l’Ecole des métiers. Au cours de la journée de sensibilisation, il est prévu des échanges entre l’ONASER, les élèves, des jeux concours avec des dons de casques au plus méritants.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre