Burkina : Le forum régional de la femme parle de sécurité au Centre-Nord

141 0

Le ministre de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire était dans la région du Centre-Nord et du Plateau-Central le mercredi 19 février 2020, dans le cadre des fora régionaux, en prélude à la commémoration de la célébration de la 163e journée internationale de la femme.

Venues nombreuses pour échanger avec la ministre de la femme, les femmes du Centre-Nord, en particulier les déplacées,  étaient dans l’enceinte de la salle polyvalente de Kaya.

Elles  ont exposé leurs problèmes sur la question sécuritaire. Subissant souvent des viols dans les champs à la recherche de bois, elles ont lancé leur cri de cœur sur la sécurisation de leur localité.

Adja Saoudate Ouedraogo, coordonnatrice des femmes du Centre- Nord, a énuméré d’autres doléances liées à la prolongation de la durée de paiements des crédits, la création des centres de formation sur les nouvelles technologies et l’augmentation des points d’eau compte tenu de la surpopulation causée par l’arrivée des déplacés.

Laurence Marchal Ilboudo dit prendre note de ces doléances et dit être satisfaite des échanges avec les femmes du Centre-Nord.

« Nous sommes à notre 12e étape et nous sommes plus que satisfaites. Vous avez vu des femmes engagées, des femmes qui ont pris conscience qu’aujourd’hui le Burkina Faso n’aura la paix sans leur implication effective dans cette crise que nous traversons. Et plus particulièrement, cette crise touche les femmes.

Aujourd’hui, nous avons plus parlé de violence basée sur le genre, le viol, les agressions des femmes. Il est important encore que les femmes s’impliquent à protéger les femmes et les jeunes filles, soit à dénoncer ces agresseurs, soit à anticiper en éducation des jeunes garçons et des jeunes filles. Aujourd’hui, il  y a eu un amalgame entre les droits de l’enfant et le laisser- aller. Il est important qu’on se dise que si l’enfant a des droits, l’enfant aussi à des obligations », a-t-elle développé. 

En ce qui concerne la crise sécuritaire entraînant une masse migratoire des déplacés dans cette zone du Burkina, la ministre affirme que le gouvernement est en train de travailler sur la stratégie nationale de relèvements de ces personnes, y compris les femmes. « Nous allons travailler à mettre des stratégies pour aider ces femmes, soit dans un milieu où elles ont décidé, soit retourner chez elles», explique t-elle.

Apres la région du Centre-Nord, la ministre de la femme s’est rendue dans l’après-midi à Ziniaré, dans la région du Plateau-Central, où elle a aussi échangé avec les femmes.

Là, Mamounata Zoungrana, la coordonnatrice des femmes du Plateau-Central, a relevé les préoccupations des femmes de cette localité. Elle a énuméré la construction de centres de formation pour les jeunes filles déscolarisées, la facilitation des femmes à l’accès à la terre et l’octroi aux femmes de micro-crédits pour entreprendre et la sensibilisation sur la violence faite aux femmes tel le mariage d’enfants.

Il faut noter que les Foras 2020 ont débuté à Dori dans le Sahel, et sillonné toutes les régions du Burkina avec cette conviction de la ministre : «la femme est  l’incarnation parfaite de la résilience ». Ils prendront fin le 21 février 2020 à Ouagadougou .

Saly OUATTARA

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre