Changement climatique : OXFAM Burkina met à contribution les jeunes et les femmes

304 0

L’ONG OXFAM Burkina a lancé ce jeudi 20 février 2020, le projet « Jeunesse Sahélienne pour l’Action Climatique » (JESAC), à Ouahigouya. L’objectif de ce projet est de renforcer le leadership des jeunes et des femmes dans la gouvernance climatique, le développement résilient et l’adaptation au changement climatique dans le Sahel ouest-africain.

De nombreux pays dans la région du Sahel font face au changement climatique avec des problèmes de sécheresse qui engendrent l’augmentation de l’insécurité alimentaire et nutritionnelle. Soucieuse de ces conséquences, OXFAM Burkina a lancé le projet « Jeunesse Sahélienne pour l’Action Climatique » (JESAC).

D’une valeur d’environ 1 milliard 200 millions de F CFA, financé par l’Union Européenne, le projet JESAC a pour cible les femmes et les jeunes. Ce sont « 1400 jeunes agriculteurs et agricultrices et 600 femmes agricultrices qui bénéficieront des activités d’agroforesterie, d’agriculture résiliente au climat, des productions pépinières et de Paiement de services environnementaux (PSE) », a affirmé le directeur pays par intérim de OXFAM, Sosthène Konaté.

Les participants ont immortalisé le lancement du projet JESAC par une photo de famille

Le projet sera mis en œuvre dans les communes de Oula, Leba, Gourcy et Ouahigouya en partenariat avec Vimbaoré/Naam et l’Association pour l’Education et l’Environnement (A2E).

« Le Nord est une région délicate, soumise à des obligations climatiques ; donc si nous avons des acteurs qui travaillent pour reverdir cette région, pour donner à l’environnement une meilleure présentation, c’est une bonne chose », s’est réjoui le gouverneur de la région du Nord, Justin Somé.

Pour la mise en œuvre du projet JESAC, OXFAM Burkina est accompagné par plusieurs associations dont A2E et l’Initiative de la Grande Muraille Verte pour le Sahara et le Sahel (IGMVSS).

Adama Doulkom, coordonnateur de l’IGMVSS, a donné les tâches de l’Initiative dans la mise en œuvre du projet. « Nous avons la tâche d’assurer la capitalisation. Il est important qu’on voit, à l’issue du projet quelle est sa valeur ajoutée sur la question de la résilience des communautés et des questions de lutte contre la désertification de façon globale. Nous avons également pour tâche, de travailler à mobiliser les ressources pour mettre à l’échelle, les bonnes pratiques de gestion », a-t-il énuméré.

Les communes bénéficiaires de ce projet ont traduit leur reconnaissance quant à la mise en œuvre du projet. Sidi Mahamadi Savadogo, maire de la commune de Oula, a déclaré qu’il  permettra d’assurer une bonne gestion de l’environnement.

Le projet JESAC couvre une période de trois ans  (2020-2023). Il s’étend au Burkina et au Niger.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre