Bobo-Dioulasso : Tiken Jah Fakoly en concert solidaire contre l’insuffisance rénale  

935 0

Dans l’optique de financer un centre de dialyse communal à Bobo-Dioulasso, l’Association pour l’utilisation du rein artificiel en Afrique et de la promotion de la transplantation rénale  (AURAF Transplant Burkina) organise une mobilisation de ressources à travers des concerts solidaires avec comme têtes d’affiches, les artistes Tiken Jah Fakoly et Jahkasa dans les villes de Bobo-Dioulasso et Ouagadougou. L’information a été donnée par les organisateurs le mardi 18 février 2020 à Bobo-Dioulasso.

Les 13 et 14 mars 2020 se tiendront respectivement dans les villes de Bobo-Dioulasso et de Ouagadougou deux « concerts solidaires » avec pour têtes d’affiches le Reggae Man Tiken Jah Fakoly et Jahkasa. Ils seront accompagnés par d’autres musiciens comme Daisy et Djeli Karim.

C’est une initiative de l’Association pour l’utilisation du rein artificiel en Afrique et de la promotion de la transplantation rénale  (AURAF Transplant Burkina) en vue de financer la création d’un centre de dialyse dans la ville de Bobo-Dioulasso. Selon le Communicateur de l’AURAF Alexandre Kaba Diakité, la commune bénéficiaire soutient ce projet de 350 millions de francs CFA avec l’apport de deux villas et une somme de 50 millions de F CFA.

Pour développer le financement participatif autour de ce projet, d’autres stratégies de mobilisation de ressources comme l’organisation d’une soirée de levée de fonds (prévue pour  le jeudi 12 mars 2020 à Bobo-Dioulasso) et la mise en place d’un numéro de compte en ligne sont prévues.

Plus grave que le SIDA

 A terme, le centre  aura une capacité de 12 générateurs extensibles à 20 machines. De quoi soulager les personnes souffrant de l’insuffisance rénale dans la ville de Bobo-Dioulasso qui ne dispose que d’un seul centre sur les quatre que compte le pays.

« L’insuffisance rénale fait partie des affections qui ne font pas l’objet d’un dépistage systématique dans les structures sanitaires. 2/3 des cas d’insuffisance rénale chroniques sont détectés au stade terminal, nécessitant un traitement de suppléance type hémodialyse », alerte la Secrétaire générale de l’AURAF Transplant  Burkina Fatimata Diallo. Elle trouve que l’insuffisance rénale au fil des années est devenue plus grave que le SIDA.

Rappelons que l’insuffisance rénale  aigue  est une baisse importante et brutale du débit de filtration du sang  tandis que l’insuffisance rénale chronique est une diminution lente  des fonctions du rein. Actuellement, il n’existe pas de médicament contre l’insuffisance rénale chronique. Son principal traitement de suppléance est la dialyse et le deuxième recours thérapeutique qui s’impose aux personnes souffrant du mal est la transplantation rénale.

Aminata SANOU

Correspondante de Burkina 24 à Bobo-Dioulasso



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *