Visite des infrastructures du Centre-Est : Claudine Lougué lance la campagne de vaccination contre la poliomyélite

129 0

Dans le cadre de ses visites, entreprises pour toucher du doigt les réalités du terrain sanitaire, le Professeur Claudine Lougué, ministre de la santé a fait le tour de quelques infrastructures de la région du Centre-Est ce vendredi 28 février 2020. Elle a lancé la campagne de vaccination contre la poliomyélite et échangé avec les acteurs du secteur sanitaire.

Le ministère de la santé a entrepris des tournées dans les régions pour encourager, féliciter les acteurs et apprécier ce qui se fait sur le terrain au quotidien, afin que les problèmes de santé des Burkinabè soient pris en charge.

Dans la journée du vendredi, la ministre de la santé et ses collaborateurs ont visité plusieurs infrastructures sanitaires. Il s’agit du poste juxtaposé de Cinkansé, le district sanitaire de Cinkansé, où a eu lieu le lancement de la campagne de vaccination contre la poliomyélite et le nouveau CSPS de Zekezé, non encore fonctionnel, situé à 13km de Bittou.

Ces visites ont été précédées par le lancement de la campagne de vaccination contre la poliomyélite qui concerne les districts sanitaires de Ouargaye et Bittou. Cette campagne qui se tient du 28 février au 2 mars concerne plus de 200 000 enfants de 0-59 mois et a été lancée dans une famille où plus de 5 enfants ont été vaccinés. Elle est parrainée par l’épouse du président de l’Assemblée Nationale, Reine Sakandé.

L’épouse du président de l’Assemblée Nationale, Reine Sakandé, marraine de la campagne de vaccination contre la poliomyélite, donne une goutte de vaccination à un enfant en guise de lancement

Selon la ministre de la santé, Pr Claudine Lougué, cette campagne de vaccination est le round 1, après le round zéro de la vaccination contre la poliomyélite. L’activité se fait avec le Togo qui a lancé de son côté la vaccination le 27 février 2020.

« L’occasion nous a été donnée pour venir couvrir et inaugurer l’opérationnalisation effective du centre du poste de contrôle juxtaposé Cinkansé-Togo, Cinkansé-Burkina, qui est le premier bâtiment du genre et qui doit concerner environ 5 postes de santé. Nous avons visité les locaux des services utilisés par la douane et la police de part et d’autre et les services de santé de part et d’autre pour contrôler la température et sensibiliser sur les mesures d’hygiène de la main surtout et vérifier les carnets de vaccination », a-t-elle déclaré à l’issue de sa visite au poste juxtaposé de Cinkansé.

La représentante de l’UNICEF, Anne Vincent a, elle, invité au calme en ce qui concerne la poliomyélite. « Il ne faut pas s’affoler. Ce n’est pas ce qu’on appelle le virus sauvage qui était avant dans l’environnement. C’est un virus qui est issu d’une souche de vaccin. Ça s’appelle un cas de polio dérivé du vaccin et monovalent. C’est malheureusement une des rares conséquences de l’utilisation des vaccins oraux, c’est-à-dire par les gouttes», a-t-elle affirmé.

La représentante de l’UNICEF, Anne Vincent invite à ne pas céder à la panique

 « Un de nos enfants du district de Ouargaye qui s’est retrouvé au Togo a été diagnostiqué au Togo et l’information est remontée pour que nous soyons au courant », a expliqué Diessongo Lamissa, infirmier, chef du poste du CSPS de Cinkansé, poste frontalier Centre-Est qui a émis comme doléance, l’affectation des agents supplémentaires pour la prise en charge des malades.

Diessongo Lamissa donne des explications sur le diagnostic de l’enfant atteint de poliomyélite

Dans l’après-midi, la ministre de la santé et ses collaborateurs ont rencontré les acteurs du domaine sanitaire du Centre-Est pour écouter leurs difficultés rencontrées sur le terrain et recueillir leurs doléances.

En termes de doléances, il s’agit entre autres du renouvellement et de l’équipement des infrastructures, la non fonctionnalité du CRST, l’affectation des agents et la difficulté de la gratuité des soins.

Le professeur Claudine Lougué a affirmé qu’il y a des préoccupations communes, pour les régions visitées. Il s’agit du problème des infrastructures et des équipements. « Les zones que nous avons visitées sont des zones où le défi sécuritaire est énorme donc, dans ces zones les agents de santé doivent être mis dans des conditions morales pour pouvoir travailler normalement. Les conditions morales sont des conditions de motivations professionnelles, personnelles et nous prenons ces revendications au serieux et nous allons travailler à les y accompagner», a-t-elle affirmé.

Elle a ajouté qu’il y a le problème de la gratuité des soins qui est régulièrement posé. « En ce qui concerne le problème de la gratuité, nous disons ce sont des hommes qui gèrent la gratuité. Le système peut être mis en cause mais je ne crois pas trop. Il y a peut-être des insuffisances dans la formation, mais les agents de santé s’emploient à utiliser correctement les outils de la gratuité. Mais peut-être qu’il y a des problèmes de gestion, mais nous allons les accompagner pour que ces problèmes de gestion soient résolus », a-t-elle assuré.

Après la rencontre avec les acteurs du domaine sanitaire, le Professeur Claudine Lougué, accompagnée de sa délégation a visité le CHR de Tenkodogo.

Le ministre de la santé, Pr Claudine Lougué, écoute les explications sur la composition des services du CHR de Tenkodogo

Elle a parcouru des services qui sont entre autres, le service de la pédiatrie, le service de l’ORL, l’Ophtalmologie, le laboratoire et le service de l’imagerie.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre