Burkina : Des villages rackettés au Sud-Ouest (AIB)

2633 0

Les habitants de 5 villages de la province du Poni dans la région du Sud-Ouest subissent du racket des forces de sécurité d’un pays voisin, assure l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Des habitants des villages de Nematoulaye Dajatakoro2, Hilindjilè, Parabro et de Zamzi dans la province du Poni dans le Sud-Ouest sont confrontés aux rackets des forces de sécurité d’un pays voisin, selon l’agence d’information du Burkina(AIB).  

Une information recueillie à la faveur de la journée internationale de la femme, le 08-Mars 2020 à Helintira, village situé à environ 105 kilomètre de Gaoua où les populations se sont confiées à l’AIB sur des rackets opérés par des forces de sécurité d’un pays voisin.

Selon des habitants de Nematoulaye Dajatakoro2, Hilindjilè, Parabro et de  Zamzi  les rackets sont répétitifs depuis 2013.

D’après les mêmes sources, dans la nuit du 1er au 2 février 2020 vers 3h du matin, il y a eu des rackets d’une grande envergure dans le village de Nematoulaye Dajatakoro2.

Les forces concernées ont encerclé le village avant de spolier les populations de leur argent, de leurs produits agricoles et d’autres biens matériels (Motos,  tricycles et autres), racontent des témoins, selon l’AIB

Les autorités de la région du Sud-ouest ont été informées et les constats d’usage faits par la gendarmerie burkinabè.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

There are 1 comments

  1. Je suis atterré d’étendre que depuis 2013 il y’a encore dans notre Faso des villageoises racketté par les force de l’ordre d’un pays voisin.voila pourquoi le peuple burkinabés n’a pas trop confiance ses autorités,quand regardez le schéma du BF vous avez pas besoin qu’on vous disent que ce son les force de l’ordre de la Côte d’Ivoire.mais les autorités au Burkina ne réagissent pas comme il le faut oui car depuis 2013 si ses force obscurantistes de le côte d ivoire continue à opérer sans s’inquiéter sur notre territoire c’est par votre faut et votre incompétence.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *