Burkina : « Le MPP  veut chasser les journalistes professionnels et neutres » (Carlos Toé)

369 0

Le chef de file de l’opposition politique (CFOP) a tenu sa conférence de presse hebdomadaire ce mardi 10 mars 2020. Carlos Toé, président du Mouvement pour le Changement et la Renaissance (MCR) a livré la lecture de l’opposition politique, sur certaines actualités.

La commémoration du 8-Mars, et les affections au niveau des médias publics  sont, entre autres, les principaux points abordés par le président du MCR devant la presse. Le  8 mars, une quarantaine de civils a été tuée dans le Yatenga. Une « tuerie » que le CFOP dénonce et appelle les autorités à prendre des mesures pour situer les responsabilités et empêcher de telles situations.

Selon Carlos Toé, « c’est le mauvais traitement de l’affaire de Yirgou qui a fait le lit d’autres massacres ». La défense du territoire national est un devoir qui incombe au président du Faso, à l’entendre parler. Il ajoute aussi que la mort est devenue « un fait banal ». La confusion autour de cette tuerie a été également déplorée.

 Face aux femmes, le 8 mars, le président du Faso a réitéré son engagement à constituer un gouvernement avec 30% de femmes. Une déclaration de plus selon le CFOP qui estime que ce sont les élections à venir la vraie raison de cette annonce.

« Le MPP  veut chasser les journalistes professionnels et neutres pour les remplacer par des griots acquis à sa cause. C’est un net recul », a martelé Carlos Toé sur la crise que traversent les médias publics. La présence du directeur général de la RTB au congrès du MPP est de nature à ne pas favoriser un « traitement équitable, professionnel et impartial de l’Information » selon les propos de Carlos Toé.

Le congrès du MPP a également subi la critique du président du MCR. Les propos de Simon Compaoré appelant la communauté internationale à apporter son aide dans la lutte contre le terrorisme a été interprétée comme « un aveu d’impuissance ». Et pour clore le point de presse, il a appelé les autorités à prendre des mesures pour éviter la propagation du coronavirus au Burkina.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre