Réconciliation nationale : L’appel du groupe parlementaire Burkindlim

379 0

Le groupe parlementaire Burkindlim a tenu ses premières journées parlementaires du 10 au 11 mars 2020 à Ouagadougou. Cette activité avait pour thème « Pour une véritable réconciliation nationale : quelles perspectives ? ».

Les députés du groupe Burkindlim et leurs militants ont tenu leurs premières journées parlementaires de l’année 2020. Les participants ont lancé un appel au Président du Faso à l’issue des travaux. Il s’agit notamment d’une large concertation inclusive des différents acteurs de la réconciliation nationale.

Appel a également été lancé au Chef de l’Etat à user de ses prérogatives constitutionnelles pour refonder le Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale (HCRUN) afin de lui donner les moyens nécessaires pour l’atteinte de ses principaux objectifs.

Les participants ont, à l’unanimité, appelé à privilégier le dialogue et la concertation nationale. Selon les membres du groupe Burkindlim, il est temps de faire la paix.

« Osons la vérité, osons la justice »

« La mémoire ne s’efface pas d’un coup de baguette magique. Reconnaissons que nous sommes des humains et aucun de nous n’est parfait. C’est pourquoi, toute conception de la réconciliation qui incite à tourner la page une fois pour toutes, au nom d’un idéal d’harmonie sociale, nous semble irréaliste. Car la réconciliation et la paix sociale se construisent », a indiqué Emmanuel Lankoandé, président du groupe Burkindlim. 

Pour lui, parler de la réconciliation au Burkina est loin de relever d’une sinécure tant que les réalités sont palpables. « La réconciliation nationale est une thématique majeure et centrale sur toutes les lèvres », a-t-il renchéri.

Il a ajouté qu’elle procède d’une catharsis dont la conséquence la plus plausible est le retour de l’unité politique autour de la mère patrie, de la cohésion sociale au sein des populations et de la paix dans les cœurs.

Emmanuel Lankoandé et ses collègues ont aussi appelé les Burkinabè à oser dire la vérité et la justice, gage d’une véritable réconciliation. « Il y a des piliers sans lesquels nous ne pouvons arriver à une vraie réconciliation qui apaisera les cœurs. C’est pourquoi osons la vérité, osons la justice », dit-il. Les députés du groupe Burkindlim ont invité les couches socio-politiques à s’inscrire dans la démarche de la réconciliation nationale.

Willy SAGBE (Stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre