Burkina : Quand les objectifs de développement durable s’invitent dans les lycées et collèges

308 0
ECOUTER

L’Association voix pour le développement et la société africaine de peintures et de colorants (SAPEC) ont lancé un projet dénommé « Génération 2030 » ce jeudi 12 mars 2020 à Ouagadougou. Cette initiative concerne 12 lycées dont 8 du public et 4 du privé. Elle a pour objectif d’amener les élèves à assimiler les objectifs de développement durable (ODD).

Créée en 2018, l’Association voix pour le développement s’est fixée comme objectif la promotion du développement durable et la gestion de l’environnement au « Pays des hommes intègres ». Placé sous le thème « Atteinte de l’ODD 4 au Burkina Faso : quelle contribution des scolaires ? », le projet Génération 2030 consistera à mettre en compétition 12 établissements. Chaque établissement a le choix de faire un exposé ou présenter une scène théâtrale en lien avec le thème.

L’établissement qui gagnera verra tous ses locaux  peints par la SAPEC comme récompense. Les établissements concernés sont, entre autres, les lycées Philippe Zinda Kaboré, Bogodogo, Nelson Mandela et Marien N’Gouabi. Pour le privé, il s’agira du lycée de la Jeunesse, du collège notre Dame de Kolgh-Naaba et les groupes scolaires Sainte Colette et Saint-Viateur.

Une opportunité pour les pays moins développés…

Selon Raogo Ouédraogo, président de l’association, l’ODD 4 vise à assurer l’accès à une éducation de qualité sur un pied d’égalité à tous« L’inégalité d’accès à l’éducation de qualité dans les pays pauvres du monde est un frein au développement », a-t-il déclaré.

L’ODD 4 dispose également d’un cadre « Education 2030 » qui travaille dans le sens à orienter les politiques nationales et internationales en matière d’éducation jusqu’en 2030. Raogo Ouédraogo a ajouté que c’est une opportunité pour les pays moins développés de mettre en place des systèmes éducatifs de qualité et justes contribuant ainsi au développement et au bien-être des plus démunis.

Pour Guillaume Taki Koffi, directeur technique de la SAPEC, le monde entier aujourd’hui est sensible à tout ce qui est lié à l’environnement. « Raison d’ailleurs pour laquelle, la SAPEC a décidé d’accompagner ce projet, car nous sommes touchés par la dégradation de l’environnement », a-t-il conclu.

Willy SAGBE (Stagiaire)

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre