Région du Nord/Burkina : L’ARCEP outille les élus locaux sur les communications électroniques

242 0
ECOUTER

L’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) a organisé ce jeudi 12 mars 2020, un atelier d’échanges, d’information et de sensibilisation sur les enjeux des communications électroniques à Ouahigouya. Cet atelier a pour objectif d’outiller les élus locaux pour une bonne prise en charge des sollicitations des populations.

Le numérique est un levier pour le développement économique du Burkina. En 2019, selon les chiffres de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP), le Burkina comptait « 19 millions d’abonnements ». C’est pourquoi, l’ARCEP a voulu créer des contacts avec les collectivités territoriales. La création de ces contacts vise à insérer un dialogue permanent avec eux, pour permettre le déploiement des réseaux de communications électroniques au niveau des différentes collectivités territoriales.

 « On sait que les communications électroniques se déploient sur le territoire communal. Il est important que les autorités de ces communes soient outillées pour permettre et faciliter le déploiement et servir d’interface avec les populations qui les interpellent très souvent sur un certain nombre de problématiques et des questions pour lesquelles ils ont des préoccupations », a affirmé Tontama Charles Millogo, Président de l’ARCEP.

Tontama Charles Millogo, Président de l’ARCEP, explique à la presse l’objectif de l’organisation  de l’atelier de sensibilisation à Ouahigouya

Cette activité de sensibilisation a réuni plusieurs participants dont les élus locaux, les personnels de mairies, des conseils régionaux, du ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale.

Les participants à l’atelier de sensibilisation écoutent les discours des autorités et organisateurs de l’activité

Le maire de la commune de Ouahigouya, Basile Ouédraogo a saisi l’occasion pour interpeller l’ARCEP sur les problèmes de réseaux. « Toute la population du Burkina Faso a toujours mal à sa communication, parce que le réseau n’est pas bon au Burkina Faso. Egalement, il faut dire que les tarifs ne sont pas très bien étudiés», a-t-il appelé.

Selon Kabou Séni, Haut-commissaire de la province du Yatenga, représentant le gouverneur de la région du Nord, cette activité permettra aux acteurs des collectivités de s’imprégner de la règlementation en matière de communication électronique et de mieux comprendre l’environnement afin de faciliter les rapports entre l’ARCEP et les différents acteurs sur le terrain.

Kabou Séni, Haut-Commissaire de la province du Yatenga livre le discours d’ouverture du gouverneur de la région du Nord

« Cette activité est d’un grand intérêt pour nous, quand nous savons quelles sont les différentes difficultés, les conflits, les incompréhensions qui existent sur le terrain par rapport au déploiement, à l’installation des secteurs des pilonnes et des appareils sur le terrain », a-t-elle déclaré.

Elle a, par ailleurs, souhaité la mise en place d’un cadre de concertation permanent entre les acteurs de la communication électronique et les collectivités territoriales pour faciliter les actions.

Durant 48 heures,  les échanges entre l’ARCEP, qui est à sa vingtième année d’existence, et les élus locaux seront consacrés à des sujets variés dont les rôles et obligations des acteurs de l’écosystème que constitue le numérique, les rayonnements non ionisants qui pourraient poser des questions de santé, les dispositions prises au niveau de l’autorité de régulation pour  assurer que le déploiement et l’exploitation des réseaux se font dans les règles, sans incident sur la santé des populations.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre