Coronavirus au Burkina : “Pour le moment, la fermeture des aéroports n’est pas à l’actif du jour” (Lougué)

1229 0

15 cas de Coronavirus sont confirmés  au Burkina Faso  à la du 15 mars 2020.  L’évolution de la maladie, inquiète et alimente des rumeurs sur la toile. La ministre de la santé, Claudine Lougué, invitée du grand déballage sur Burkina Info, a donné de plus amples informations sur la maladie.

Au total 15 cas de coronavirus confirmés au Burkina à la date de 15 mars 2020. Le couple de pasteurs, premier cas révélé, se porte mieux selon la ministre et même que l’épouse est en train de “négativiser” au premier contrôle,  n’a plus besoin d’oxygène et attend le deuxième contrôle pour être libérés. 

Des 15 cas confirmés à ce jour, plus d’une dizaine sont des contacts du couple. Cependant, sur les 120 personnes qui ont été en contact avec le couple, 80 d’entre elles ont été retrouvées et sont suivies. Pour le reste, « on cherche leur contact téléphonique » dit la ministre.

Par ailleurs, elle félicite le civisme du couple qui a permis de retracer des contacts jusqu’au Ghana,  dont notamment des pasteurs.

La clinique dans laquelle le couple était hospitalisé a été désinfectée et le personnel ayant été en contact avec le couple sont en confinement.

La ministre rassure que son équipe mène à bien la surveillance. Un plan d’action de 11 milliards de F CFA est mis en place.

« Dès le début,  nous avons commencé  à travailler et en étroite collaboration avec le ministère du transport. Mais pour le moment, la fermeture des aéroports n’est pas à l’actif du jour », précise-t-elle.

Néanmoins, le gouvernement a opté pour la fermeture des écoles « parce que, explique la ministre, les enfants sont des porteurs généralement sains et qui peuvent engendrer  des contagions très rapides ».

Une surveillance transfrontalière est aussi mise en place.  Aux frontières, tous les passagers qui quittent un pays voisin sont contrôlés du côté du Burkina.

Pour les sociétés de transport, elle dit compter sur la sensibilisation sur l’hygiène basique des compagnies de transport terrestre.

Les gels et masques de protection en rupture

 « On a dit que ce sont ceux qui ont été en contact avec un malade qui portent les masques. Mais si tout le monde le porte, c’est bien parce qu’il y a des suspensions de poussière actuellement », ajoute-t-elle.

Quant aux gels, elle a laissé entendre que la plupart des hôpitaux en fabriquent. Elle en appelle aux pharmaciens à en fabriquer pour leur propre consommation et pour les citoyens.

La ministre en appelle aussi  à la responsabilité de tous les citoyens parce que la maladie n’est pas de la « fiction, c’est une réalité ».

Pour l’heure, une salle de 16 places existe pour recevoir les malades du COVID-19 à l’hôpital de Tengandogo. Mais les prospections continuent pour disposer d’autres salles. « L’hôpital Saint Camille est prêt à nous aider. Certains services de CHU vont disponibiliser des réanimateurs », détaille-t-elle.

La ministre assure que ce n’est pas une maladie dramatique et qu’il suffit de suivre les consignes,  mettre à l’abri des personnes âgées, les asthmatiques et les personnes présentant une maladie respiratoire.  Le traitement actuel contre le coronavirus  est symptomatique.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *