COVID-19 au Burkina : Les débits de boisson et les restaurants respectent timidement les consignes du gouvernement

316 0
ECOUTER

Pour endiguer la propagation du Coronavirus au Burkina, le président du Faso lors d’un entretien télévisé le 20 mars 2020 a énoncé un certain nombre de mesures en vue de protéger les Burkinabè. Le ministère en charge de l’administration territoriale en application à ces mesures a invité les tenanciers des débits de boisson et autres lieux de collation à servir uniquement des plats et boissons à emporter. L’objectif étant de rompre la chaîne de propagation de la maladie. Cette mesure de précaution est-elle appliquée comme il se doit dans les débits de boissons et dans les restaurants ?  Nous avons fait un tour à Saaba.

13h ce samedi 21 mars 2020 au restaurant Rinoodo. Nous sommes au quartier de Nioko 1 dans la commune de Saaba en banlieue-Est de Ouagadougou. Ce restaurant propose des spécialités africaines et d’ordinaire à cette heure de la journée, les clients se comptent par dizaines. Mais contexte de COVID 19 oblige, à l’intérieur, seuls quelques clients sont en train de prendre leurs repas.

« Il est vrai aujourd’hui, l’affluence est moindre par rapport aux autres jours, mais il y a aussi le fait que beaucoup préfèrent emporter leurs plats à la maison », nous explique la tenancière Pog-yendé Ouédraogo. Selon cette restauratrice, la plupart des clients sont déjà informés des consignes qu’il faut observer, mais quelques-uns veulent jouer les durs et tiennent à manger sur place sans qu’on ait de moyens de pression sur eux.

Mais ce qui préoccupe cette restauratrice, c’est que les clients se font rares. « La propagation de la maladie, fait que les gens ne veulent même plus sortir. Donc nous, ça ne fait pas trop notre affaire, surtout que le soir il y a un couvre-feu à partir de 19 h », regrette-t-elle.

Malgré les consignes, certains restaurants continuent de servir leurs clients sur place

Quelques trois kilomètres plus loin, nous sommes à Saaba-centre. Le restaurant Wend-konta sert ses clients sans tenir compte d’aucune consigne. Pire encore ce restaurant n’a pas de dispositif pour permettre à ses clients de se désinfecter. En l’absence de la patronne, l’adjointe nous confie que rien n’a changé à leur niveau. Visiblement ici, on semble ne pas être courant des nouvelles mesures prises pour éviter la propagation du COVID 19.

Une pilule amère pour les débits de boisson…

Après avoir pris le pouls de la situation dans les restaurants, nous nous rendons dans les débits de boisson. A l’espace événementiel Le Triangle, l’affluence n’est pas au rendez-vous. Seuls quelques clients sont assis en petits groupes sous les paillotes. Les serveuses généralement très sollicitées à cette heure de la journée sont plutôt occupées à causer. Le Gérant de l’espace Wahabou Sawadogo nous apprend qu’ici, tout est fait pour ne pas laisser entrer un grand nombre de personnes.

Wahabou Sawadogo (manager de l’espace événementiel Le Triangle): c’est un coup dur pour le secteur

« Généralement les samedis à cette heure, on a entre 150 et 200 personnes. Mais ce soir on a à peine 40 personnes. Et d’ailleurs ceux que vous voyez sont majoritairement des employés », explique le gérant qui précise qu’avec l’instauration du couvre-feu, leur emploi de temps a été réaménagé.

« On travaillait de 10h à 1heure et jusqu’à 2heures pour les week-ends. Actuellement avec le couvre-feu fixé à 19h, on travaille actuellement de 10h à 18h », raconte Wahabou Sawadogo qui reconnait que c’est un coup dur pour le secteur. Il s’en remet à Dieu pour que la situation s’améliore, sans quoi beaucoup de débits de boisson risquent de fermer.

Au maquis le Grand Waguess de Saaba. Le constat est presque le même. Si d’habitude les samedis à partir de 12 heures, on se bouscule pour avoir la place, le constat est tout autre ce samedi. « Depuis hier, l’affluence n’est plus le même », nous confie le manager principal du Grand Waguess, Gislain Bako, qui précise que certains clients emportent leurs boissons à la maison.

Pour les clients qui continuent de boire leur boisson sur place, le gérant indique que des dispositifs d’hygiène sont installés pour les protéger. « On a disposé nos tables en tenant compte de la distance de 1 m recommandée. Tous les serveuses et le personnel portent des cache-nez. Depuis ce matin, nous disposons des gels pour les clients. Actuellement on sert les clients avec des verres jetables », indique le manager principal du Grand Waguess.  

Lire aussi 👉COVID-19/ Burkina : 24 nouveaux cas confirmés dont 2 décès et un cas guéri

Au complexe loisirs Le Forgeron New Version, la boite de nuit est déjà fermée depuis trois jours. Seuls le maquis et l’espace live continuent de recevoir du monde. Ici, on préfère d’abord employer les grands moyens pour la protection des clients et du personnel que d’observer strictement la consigne du gouvernement qui est d’emporter les boissons et éviter les rassemblements.

Avant de pénétrer dans l’enceinte de ce complexe de loisirs, les clients sont d’abord flashés avec un testeur de température et ensuite ils se désinfectent les mains à l’aide d’un gel. Ce sont ces dispositifs qui rassuraient la centaine de personnes attablées autour de leur verre, nous confie le manager général du complexe loisirs Le Forgeron New Version, Hamadou Yoneba.

Au complexe loisirs Le Forgeron New Version, on mise plutôt sur le contrôle

« On est en collaboration avec le Centre Médical de Saaba, une fois que votre température atteint 40°C, on te dirige vers le Centre Médical. Actuellement notre patron a voté un budget pour l’ambulancier de telle sorte que toute suite si on détecte un cas, on l’appelle directement pour qu’il vienne amener l’intéressé », explique Hamadou Yoneba.

Dans l’ensemble, les consignes ne sont pas pour le moment respectées à la lettre, certains par ignorance et d’autres par négligence. Mais au regard de la propagation rapide de cette maladie, il est impératif de respecter les consignes édictées par les autorités pour contenir au maximum cette évolution exponentielle.



Maxime KABORE

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre