Covid-19 /Burkina : « On peut guérir sans savoir qu’on a eu la maladie », Pr Martial Ouédraogo

268 0
ECOUTER

Lors du point de presse du gouvernement sur l’évolution du covi-19 au Burkina, le Pr Martial Ouédraogo, coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de COVID-19 a annoncé que le pays compte désormais 99 cas confirmés au Covid-19. Cette conférence a eu lieu ce lundi 23 mars 2020 à Ouagadougou.

24 nouveaux cas ont été confirmés à la date du 22 mars 2020 au Burkina. Ces nouveaux chiffres portent les cas confirmés à 99. Ces 99 cas répartis dans 6 villes du Burkina sont composés de 60 hommes et 39 femmes. Il s’agit de « 89 cas positifs à Ouaga, 4 à Bobo, 1 à Houndé, 2 à Dédougou, 1 à Banfora et 2 à Boromo », a indiqué le Pr Marial Ouédraogo, Coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de Coronavirus.

Le nombre de guérisons et de décès reste inchangé. Il s’agit de 5 guérisons et 4 décès. Le Pr Ouédraogo a ajouté que les contacts s’élèvent à 556.

Selon le Pr Martial Ouédraogo, plusieurs sites ont été désinfectés. Il s’agit de l’aéroport international de Ouagadougou, l’Assemblée nationale, 14 domiciles et une clinique privée. « Nous avons effectué 181 tests pour avoir 99 cas positifs. Ceci dénote l’intérêt d’une évaluation rigoureuse épidémiologique et clinique pour ne pas avoir trop de déperditions quand on sait que les tests ne suffisent plus », a-t-il annoncé.

Il y a 3 foyers primaires dont 2 de Ouagadougou qui sont les plus grands pourvoyeurs de cas secondaires et 1 foyer primaire à Houndé qui a été circonscrit selon le coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de Coronavirus. « Le malade se porte très bien. Les contacts vont bientôt sortir de la cohorte de suivi. », a-t-il expliqué.

Les journalistes à l’écoute du point de l’évolution du covid-19

Pour les foyers de Dédougou, ils sont en investigation. « On poursuit donc le confinement et le suivi des contacts», a-t-il déclaré.

Le Pr Martial Ouédraogo a rappelé que les tests ne sont pas faits systématiquement. « Les tests sont faits quand, effectivement on a un contact avec un sujet malade ou on vient d’une zone où il y a des cas et qu’on développe des signes de la maladie. », a-t-il affirmé.

« Entre le contact supposé être infectieux et les signes, les tests sont négatifs. C’est ce qu’on appelle le période d’incubation. Il faut faire attention. On ne doit pas tester systématiquement tout le monde», dixit le Pr Ouédraogo.

En ce qui concerne l’utilisation de la chloroquine, il a informé que pour les 5 guérisons, ce produit n’a pas été utilisé. « Il paraitrait que la chloroquine peut être un apport à la prise en charge de ces cas. (…) Mais pour le moment nous n’avons pas recommandé son utilisation (…)”, a relaté le Pr Martial Ouédraogo Coordonnateur national de la réponse à l’épidémie de Coronavirus.

Il a également rassuré qu’il y a très peu de cas qui sont sous oxygène  tout en rappelant  la nature de la maladie. « On peut présenter la maladie et guérir sans savoir qu’on a eu la maladie et c’est malheureusement ces cas qui sont à la limite épidémiologiquement un peu plus dangereux, pas parce qu’ils vont mourir mais, parce qu’ils peuvent transmettre sans être vraiment malades. Et ce sont ces cas qui peuvent répandre  la maladie parce qu’elles ne savent même pas », a averti le coordonnateur national.

« C’est pour ça qu’on a dit de limiter les regroupements et  les contacts parce que vous ne savez pas qui présente des signes symptômatiques», a-t-il ajouté.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina24

 

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre