Covid-19 au Burkina : 8 villes mises en quarantaine pour deux semaines

111 0
ECOUTER

A la date du 25 mars 2020 le Burkina compte 152 cas confirmés de covid-19. L’information a été donnée ce jeudi 26 mars 2020 par le coordonnateur national de la réponse de la pandémie du coronavirus au cours du point de presse du gouvernement. Le porte-parole du gouvernement a annoncé les nouvelles mesures prises afin de briser la chaine de contamination, au cours de ce point de presse.

6 nouveaux cas ont été confirmés positifs au covid-19 pour la journée du 25 mars 2020, portant le nombre à 152 cas sans nouvelles guérisons ni de décès.

Parmi ces cas confirmés dont 52 femmes sont touchées et 100 hommes, 127 sont à Ouagadougou, 10 à Bobo, 6 à Boromo, 2 à Dédougou, 3 à Houndé, 1 à Banfora,1 à Manga et 2 à Zorgho.

Le Pr Martial Ouédraogo fait le bilan de la journée du 25 mars 2020

745 contacts sont suivis et les sites tels que  le ministère du commerce, deux cliniques, deux infirmeries de la caisse nationale de sécurité sociale, les ambulances et 26 domiciles ont été désinfectés, selon le  Le Pr Martial Ouédraogo. Il a rappelé que 356 tests ont été réalisés pour 152 cas positifs. Ce qui se justifie par l’abus de sollicitation lié à la psychose.

« Tengandogo a une capacité de  400 lits, et cette capacité sera atteinte progressivement. Je ne sais pas pourquoi vous êtes préoccupés par les respirateurs. Par contre, j’insiste tous les jours que le problème n’est pas de souhaiter avoir des malades à réanimer, mais de prévenir pour qu’on n’ait pas des malades à réanimer, de toutes les façons qui sont peu nombreux.

Je ne sais pas pourquoi, vous n’insistez pas sur les mesures de prévention et vous insistez tout le temps sur les respirateurs. Je ne sais même pas finalement si vous savez ce que c’est qu’un respirateur.

Je pense qu’il faut qu’on insiste beaucoup plus sur le fait que même les malades qui nécessitent les respirateurs, même les cas de détresse qui nécessitent les respirateurs sont évitables. Et moi, je voudrais qu’on insiste beaucoup sur ce qui est évitable et non pas chercher à guérir ce qui est grave. Parce qu’on peut les éviter »

Pr Martial Ouédraogo

Les nouvelles mesures du gouvernement

Le conseil des ministres tenu ce jeudi 26 mars 2020 par visioconférence a renforcé les mesures déjà prises.

Selon le porte-parole du gouvernement Rémi Dandjinou, le conseil a décidé de la déclaration de “l’Etat d’alerte sanitaire conformément à l’article 66 du code de la République”.

 Le conseil a décidé de la prise d’un décret portant mise en quarantaine pour une durée de deux semaines pour compter du vendredi 27 mars à 5h de toutes les villes et localités ayant enregistré un cas positif au covid-19.

La mise en quarantaine, selon le ministre de la communication signifie que les entrées et les sorties dans ces villes sont interdites durant la période de deux semaines. Les villes concernées sont Ouagadougou, Bobo, Boromo,  Houndé, Dédougou, Banfora, Manga et Zorgho.

#Com_Gouv_BF
#Covid19_BF
Point de presse Covid-19 du 26 mars 2020

” La mise en quarantaine veut dire que les villes qui ont déjà connu un cas positif, personne n’y entre, personne n’y sort durant la quarantaine qui entre en vigueur à compter de demain vendredi 27 mars 2020 à 5h du matin. Ni à cheval, ni par voiture, ni par moto. Réduisons nos déplacements au maximum et appliquons les règles qui sont prescrites. L’application de la décision sera ferme car c’est par nous que la maladie se propage dans les autres localités ”

Rémis Fulgance DANDJINOU, ministre de la Communication et des Relations avec le parlement, Porte-parole du gouvernement.

Le ministre de la communication a ajouté que qu’un autre décret précise que « toute ville où on connaitra un cas de covid-19 testé positif sera immédiatement mise en quarantaine».

« La prolongation de deux semaines de la fermeture des écoles universités et centres de formation. La date de reprise est fixée  maintenant au 14 Avril 2020. Cette date pourrait connaitre un réaménagement en fonction de l’évolution de la pandémie. Toutes les restrictions qui arrivent à leurs termes seront immédiatement reconduites », a-t-il précisé.

Le plan de riposte du Burkina Faso était évalué à 11 milliards de FCFA, dont 4 milliards en urgence. Selon le ministre de la communication, le président du Faso a instruit que le plan soit réévalué. « Pour ce qui est de la mobilisation, il y a déjà à peu près 4 milliards de F CFA qui ont été économisés. Il y a un réajustement qui va être fait », a-t-il expliqué.

Le Pr Alkassoum Ouédraogo donne les détails sur les requêtes que son département a fait 

Le ministre de l’enseignement supérieur, Pr Alkassoum Maïga a déclaré que son département a fait une requête au niveau de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique pour demander des appuis. « Ce matin nous avons eu des avis favorables et des ordres d’achats qui vont nous permettre de bénéficier d’équipement, de laboratoire, des kits de diagnostic, de tests, de respirateurs. Très bientôt on va avoir la livraison », a-t-il assuré.

Alice Suglimani THIOMBIANO

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre