COVID-19 : Le Burkina lance deux essais cliniques

768 2
ECOUTER

Ces essais seront conduits par des chercheurs burkinabè contre le COVID-19 au Burkina Faso. L’information a été livrée par le Pr Alkassoum Maïga, Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MESRSI) a annoncé le jeudi 26 mars 2020.

Par essai clinique, il s’agit d’administrer des produits à des malades et faire un suivi pour l’évaluation de leur maladie, les effets et les conséquences des produits administrés, a expliqué de prime abord, le Pr Alkassoum Maïga.

Le premier essai dénommé ‘’CHLORAZ’’ sera dirigé par le Dr Halidou Tinto, Directeur de Recherche à l’Unité de Recherche Clinique de Nanoro. Il se fera en collaboration avec le Centre Muraz de Bobo-Dioulasso et les CHU de Tingandogo à Ouagadougou et Sourou Sanon à Bobo-Dioulasso qui sont les deux principaux foyers de l’infection au Burkina Faso.

Cet essai, selon le ministre Maïga, vise à évaluer l’efficacité et la sécurité de l’utilisation de la Chloroquine et de la combinaison Chloroquine + Azithromycine dans le traitement de l’infection au COVID-19 au Burkina Faso.

…d’autres produits initiés par les tradipraticiens sont en exploration

« Si ces traitements s’avéraient efficaces et bien tolérés, il est prévu dans la même étude d’explorer la possibilité de conduire une détection active des contacts des patients infectés au niveau de la communauté afin d’entreprendre des traitements de ces derniers dans le but de couper la chaîne de la transmission au niveau communautaire », relate le ministre en charge de l’Enseignement Supérieur.

Outre ces points, l’équipe essayera de répondre à la question de savoir si quelqu’un qui a déjà été infecté par le COVID-19 est protégé d’une réinfection et si oui, pendant combien de temps peut durer cette protection.

La deuxième étude est un essai clinique International dénommé API-COVID-19 qui sera conduit dans deux pays africains. Il vise à évaluer l’efficacité clinique et virologique d’un médicament à base de plante (phytomédicament) appelé APIVIRINE chez les patients atteints de COVID-19. Il sera coordonné par une équipe de chercheurs de l’Institut de Recherche en Sciences de la Santé (IRSS) dirigée par Dr Sylvin Ouédraogo, Directeur de recherche en Pharmacologie et Directeur de l’IRSS. 

Dans sa mise en œuvre, le Pr Martial Ouédraogo, Professeur Titulaire de Pneumologie et Coordinateur du Comité national de réponse à la pandémie du COVID-19, sera l’investigateur principal au Burkina Faso. Il sera mené dans le site de confinement de CHU Tingandogo. APIVIRINE, explique le ministre Maïga,  est un antirétroviral, antiviral qui est efficace sur plusieurs virus dont celui du VIH/SIDA et utilisé depuis près de 20 ans et présentant jusqu’à ce jour un bon profil de sécurité.

Lire 👉 Covid-19 au Burkina : Des marchés et yaars fermés à Ouagadougou pour 25 jours

« Certains malades confirmés du COVID-19 ont déjà eu recours avec succès à APIVIRINE durant leur maladie. Ils ont tout de suite obtenu l’amélioration de leur état de santé allant de l’amendement rapide des symptômes à la négativation du test de dépistage de coronavirus après traitement. Ces résultats bien qu’ils ne soient pas validés par un comité scientifique présentent un grand intérêt dans la prise en charge de COVID-19. Ce qui justifie la conduite de cet essai clinique randomisé ouvert », a fait le ministre.

Le Pr Alkassoum Maïga a par ailleurs ajouté que d’autres produits initiés par les tradipraticiens du Burkina Faso sont en exploration.

Burkina 24

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Il y a 2 commentaires

  1. Bonjour très chère professeur Maïga merci à vous et votre équipage moi ma question est le suivants api-covid19 une fabrication d’origine Burkinabè ci oui ex que ces déjà mis en vente ? Et une question concernant le message qui véhicule dans les réseaux sociaux comme quoi api-covid19 une recherche d’un certain professeur béninois qui a envoyé un message en disant que le Bénin et le Burkina Faso on trouver le remède contre le coronavirus si telle est le cas ci vous pouvez nous donner plus d’informations merci

  2. Dieu vous guide dans votre initiative. Seulement nous ne voulons pas des produits qui sont fabriqués par des occidentaux et des asiatiques pour nous. Nous voulons le made in Burkina, par des scientifiques Burkinabè à base de plantes. Courage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre