Monica Rinaldi sur le COVID-19 : “Vous avez le devoir d’éviter nos erreurs”

554 2
ECOUTER

Sur les réseaux sociaux, elle en a fait une question personnelle. Elle publie, commente, dément, confirme, toujours avec la même envie de lever toutes les zones d’ombre sur cette nouvelle maladie qui a mis le monde entier à genoux. Mais on la comprend aisément. Italienne, sa première patrie est la plus touchée par le nouveau coronavirus. Sa seconde patrie, le Burkina Faso, ne l’est pas moins, puisque le pays figure parmi les premiers pays enregistrant le plus de victimes du COVID-19. Actuellement nutritionniste au CICR, ayant un background de socio-économie avec des trainings successifs en santé publique, Monica Rinaldi a travaillé pendant 7 ans en appui au système de santé au Burkina Faso, notamment pour la mise en place et le contrôle de la gratuité des soins et l’assurance maladie universelle, dans le cadre de ses emplois précédents – notamment à Help. Dans cette interview réalisée par mail, COVID-19 oblige, elle partage ce qu’elle a appris à travers ses lectures et son expérience sur ce mal et comment s’en prémunir et aussi faire face à cette crise.


Burkina24 : Comment attrape-t-on le COVID-19 ?

Monica Rinaldi :  Je tiens à préciser que je n’ai inventé aucune des réponses données dans cet entretien, ni aucune des informations qui ressortent de mes écrits. Du fait de mon travail, j’ai accès à plusieurs documents scientifiques, dont je me limite à tirer l’essentiel des informations, pour ma culture personnelle, pour aider dans la mise en œuvre des activités de ma structure, et pour aider mon prochain dans la compréhension de cette maladie et surtout de comment s’en protéger.

Le Coronavirus nCoV-19, le virus qui transmet cette maladie, se transmet à travers les gouttelettes respiratoires. Quand une personne atteinte de la maladie tousse ou éternue, ces gouttelettes se répandent dans l’air. Alors, une personne se trouvant à côté peut les respirer, et être contaminée.

Aussi, ces gouttelettes contenant le Coronavirus se déposent sur des superficies – tables, peau, mains… – et y vivre pendant plusieurs heures. En effet, ces superficies constituent un milieu idéal pour le virus, l’humidité favorisant la prolifération. Ainsi, quiconque y touche transfère le virus sur soi – et si par la suite la personne se touche les yeux, le nez ou les lèvres, il introduit le virus dans son organisme.

Burkina24 : Quels sont les symptômes généraux du COVID-19 ?

Monica Rinaldi : Selon les informations récoltées par plusieurs études menées au niveau des hôpitaux qui prennent en charge ces cas, chez la plupart des personnes, il se manifeste par une fièvre soudaine (88% des cas), une fatigue intense (70%), de la toux (58%), des difficultés respiratoires (39%).

Je tiens à souligner que par « difficultés respiratoires », on n’entend pas le nez bouché, plutôt une douleur quand on respire, l’impossibilité de respirer à fond, une sensation immotivée d’essoufflement.

Burkina24 : Quels sont les symptômes d’un COVID-19 très grave ?

Monica Rinaldi : Certainement des difficultés respiratoires sévères, pouvant entraîner plusieurs types d’insuffisances et un état de choc. Ces cas nécessitent d’une prise en charge immédiate, d’assistance respiratoire, parfois de réanimation.

Dans la plupart des cas, ces complications surviennent chez des personnes ayant un système immunitaire affaibli, telles que les personnes âgées ou souffrant d’autres maladies. Mais on rapporte plusieurs centaines de décès chez des jeunes personnes en bonne santé – personne n’est à l’abri.

Burkina24 : Quels sont les symptômes méconnus du COVID-19 ?

Monica Rinaldi : Le problème ne sont pas les symptômes méconnus, quand  les cas sont asymptomatiques. Selon plusieurs estimations, ils valent 20-50% des cas.

Ces personnes, majoritairement des jeunes ayant un système immunitaire performant, portent la maladie sans le savoir – et peuvent donc contaminer d’autres personnes, même si en mesure inférieure par rapport aux malades ayant des symptômes – parce que ceux qui n’en ont pas ne toussent généralement pas.

Burkina24 : Comment faire la différence entre un simple rhume et le COVID-19 ?

Monica Rinaldi : Le COVID-19 ne donne qu’occasionnellement des symptômes de rhume. Toutefois, cette confusion de symptômes, avec les cas asymptomatiques mentionnés dessus, constituent les plus grands dangers pour la santé publique.

Il serait nécessaire de dépister massivement toute personne ayant le moindre symptôme – ce qui est impossible dans plusieurs contextes, notamment au Burkina. Mais c’est par ce dépistage massif que des Pays tels que la Corée du Sud ont pu contrôler très rapidement la pandémie.

Burkina24 : Quelles sont les précautions à prendre pour éviter le COVID-19 ?

Monica Rinaldi : On a vu avant que le virus se transmet par contact avec des superficies infectées et par « absorption » de la respiration d’un malade.

Il faut alors :

  • adopter les gestes-barrières, que tout le monde connaît déjà : se laver très régulièrement les mains avec de l’eau et du savon (en frottant 30 secondes au moins) ou utiliser un gel hydro-alcoolique (à réserver aux moments où l’eau et le savon ne seraient pas disponibles), tousser ou éternuer dans le pli du coude (et laver la peau ou le haut dès que possible !), utiliser des mouchoirs à usage unique (« lotus de voiture », celui qu’on vend au feu rouge pour se comprendre) et les jeter, puis se laver les mains.
  • Éviter les contacts rapprochés et les rassemblements où on ne puisse pas garder une distance d’au moins 2 mètres des autres personnes. Quand quelqu’un éternue très violemment, l’air sort à une vitesse pouvant atteindre 160 km/h ! Quiconque se trouvant à côté est investi en plein. Même un soupir, les éclats de rires… on émet ces fameuses gouttelettes en faisant tout cela. Et à défaut d’empêcher aux gens de rire, soupirer, tousser ou éternuer, mieux vaut ne pas se trouver à côté !

Burkina24 : Est-ce que tout le monde doit porter un masque ?

Monica Rinaldi : Cette question est très débattue, et les scientifiques semblent ne pas s’entendre sur ce point. Le problème est que certains masques sont efficaces, d’autres moins, d’autres pas du tout. Mais surtout, un masque ne peut être porté que pendant maximum 3 heures.

Après il faut la jeter, sinon les risques dépassent les bénéfices : accumulation de poussière rendant impossible respirer, nos propres gouttelettes sorties de la bouche quand on parle, qui contiennent des bactéries (même quand on est sain, la bouche contient toujours des bactéries) pouvant proliférer dans le masque et atteindre des seuils pathogènes…

Si chacun pouvait porter un masque et le changer chaque 3 heures, ce serait l’idéal. Mais c’est impossible – il n’y a pas assez de masques, même pas dans les Pays européens. Alors, appliquer les autres gestes barrières et limiter le port du masque aux cas qui nécessitent réellement d’en porter, semble la meilleure solution, surtout la plus faisable.

Burkina24 : Quels sont les masques les plus efficaces ?

Monica Rinaldi : Quand on est atteint de la maladie et que d’autres personnes doivent nous approcher (pour nous donner à manger notamment), on doit porter un masque chirurgical. Il bloque l’émission de gouttelettes de manière unidirectionnelle – il protège les autres de notre respiration, il ne nous protège pas de la respiration des autres. Elle est donc bien pour les malades et les cas suspects, pour éviter qu’ils contaminent les autres.

Quand on est soignant et qu’on doit s’occuper d’un malade, ou on vit avec un malade, le masque FFP2 est idéale parce qu’il filtre l’air et capture le virus. Mais il faut les jeter après 3 heures, en prenant soin de les manipuler correctement en les enlevant afin de ne pas se contaminer !

Burkina24 : Quels sont les masques les moins efficaces ?

Monica Rinaldi : Les masques en tissu font débattre. Elles bloquent l’air, mais à condition de ne pas les utiliser pour les contacts rapprochés, et de les laver et désinfecter continuellement.

Le virus se dépose sur le tissu et, vu que celui-ci n’est pas réellement filtrant, il peut se déposer du tissu à la peau – justement ce qu’on veut éviter ! Les masques de chantier bloquent la poussière, pas le virus.

Burkina24 : Quel faut-il manger pour préparer son organisme à faire face au mal ?

Monica Rinaldi : Pour ça seulement, il faudrait avoir une page à part !!

Ce qu’il faut savoir, est que la guérison des maladies virales dépend de la performance du système immunitaire, et que la meilleure manière de renforcer celui-ci est de manger équilibré, en privilégiant les aliments frais, et de faire un peu d’activité physique.

En particulier, il faut retenir consommer les substances suivantes :

  1. Les vitamines. Elles sont contenues dans les aliments à leur état frais et cru. La chaleur de la cuisson et la conservation trop longue les détériore, voir les élimine. Alors, vous prendrez soin de consommer les aliments crus, ou peu cuits :
  • la vitamine A est contenue en général dans tous les fruits et les légumes de couleur orange : papaye, mangues, carottes, tomates, mais aussi la patate douce à chair orange ; en plus, le foie (de bœuf, de mouton, de porc…) est richissime en vitamine A.
  • la vitamine D : la meilleure manière pour faire le plein est d’exposer la peau nue au soleil, mais elle se trouve aussi dans certains aliments tels que le poisson, le jaune d’œuf, l’huile végétale enrichie, le beurre et margarines enrichies ;
  • la vitamine C, booster par excellence du système immunitaire, est contenue dans les agrumes (oranges, citrons, pomélos…), les goyaves, le fruit du baobab, l’ananas, les fraises… ;
  • la vitamine B6 (aussi appelée pyridoxine) est contenue dans le son des céréales, le poulet, le rognon, le maquereau, mais aussi dans le chou ;
  • la vitamine B9 (ou acide folique) est contenu dans le foie, le jaune d’œuf, les feuilles vertes, les légumineuses et le soja ;
  • la vitamine B12 (appelée aussi cobalamine) est contenue dans le foie et le rognon, le lait frais et ses dérivés, les maquereaux, la viande rouge.
  1. Minéraux. À différence des vitamines, ils sont stables et résistent à la cuisson normale ; par contre la friture dans l’huile très chaude ou la carbonisation peuvent les modifier ou faire disparaître. Voici ceux qui aident particulièrement votre système immunitaire :
  • le fer est contenu dans la viande rouge, le foie, le jaune d’œufs, les épinards, les feuilles de baobab ;
  • le cuivre, qu’on retrouve dans le foie, le sésame, les arachides, les graines (acajou, noix diverses…) ;
  • le sélénium qui abonde dans le rognon et le foie, les céréales, les maquereaux frais ou les sardines en boîte ;
  • le zinc, contenu dans les avocats, le sésame, la viande rouge, les céréales complètes et les graines (acajou et noix diverses).

Burkina 24 : Qu’est-ce que la comorbidité et quelles sont les différents maux ?

Monica Rinaldi : La comorbidité est la condition d’un patient ayant plus d’une pathologie en même temps. En particulier, pour ce cas, il s’agit de la condition d’une personne qui a déjà une maladie, à laquelle le COVID-19 vient s’ajouter.

Ceci est particulièrement dangereux parce que le système immunitaire de ladite personne est déjà épuisé par la lutte contre la maladie en cours, et n’a pas donc l’énergie pour lutter contre le Coronavirus, qui donc prolifère sans gêne dans l’organisme.

Burkina24 : Pourquoi les enfants et les personnes de moins de 40 ans font rarement les cas sévères ?

Monica Rinaldi : Parce que le système immunitaire de ces personnes est plus performant et donc capable de lutter contre le virus, c’est-à-dire de produire les anticorps assez rapidement pour pouvoir éliminer le Coronavirus avant qu’il ne s’attaque aux poumons.

Toutefois ces personnes peuvent contaminer d’autres personnes plus âgées et affaiblies, d’où l’importance d’avoir un comportement responsable même si on est jeunes et forts comme des lions !

Burkina24 : Comment pratique-t-on l’auto-confinement ?

Monica Rinaldi : J’avoue que ceci est particulièrement difficile dans le contexte burkinabè. En effet, pour une personne, on parle plutôt d’auto-isolement : les cas suspects ou les cas guéris depuis moins de trois semaines doivent littéralement s’enfermer dans une chambre – ou dans leur maison, s’ils vivent seuls – et ne pas en sortir, ni recevoir de la visite.

Quelqu’un va devoir leur emmener à manger, et dans ce cas la personne doit porter un masque et se tenir à 2 mètres de celui qui lui emmène le repas. À ce propos, je tiens à souligner qu’il est exclu qu’une mère de famille se trouvant dans l’un de ces cas prépare le repas pour les autres, lave les habits ou la maison, ou douche les enfants !! Quelqu’un va devoir le faire à sa place.

Burkina24 : Le climat burkinabè est-il favorable à une accélération de la contamination ?

Monica Rinaldi : Pas à une accélération – il n’est pas prouvé que le virus soit plus vital quand il fait très chaud. Mais ce qui est sûr, est que la chaleur ne l’arrête pas, même s’il existe une éventualité qu’il soit moins virulent.

Toutefois, la contamination existe bel et bien, sinon on n’aurait pas tous ces cas au Burkina, en Afrique et dans les Pays du Golfe, qui sont très chauds aussi. En outre, il faut considérer que vu que le dépistage est loin d’être systématique pour tous les cas ayant des symptômes – ce qui est par contre recommandé par l’OMS – il y a probablement beaucoup plus que 180 cas au Burkina, tout comme dans les autres Pays.

Burkina24 : Le système sanitaire peut-il faire face à une aggravation du nombre de cas de Covid ?

Monica Rinaldi : Absolument pas !! Nos capacités de prise en charge sont très limitées, notamment pour les cas graves et nécessitant assistance respiratoire.

Selon certains, le Burkina Faso ne disposerait que d’une dizaine de lits équipés. Regardez ce qui se passe dans des Pays ayant des milliers de lits (France et Italie en ont 7000 chacun, l’Espagne un peu moins que 6000) : les malades meurent par milliers faute de lits, les médecins doivent choisir qui sauver et finissent par donner la chance aux plus jeunes, en laissant les personnes âgées « dans les mains de Dieu »…

D’autre part le choix d’isoler tous les cas confirmés, même ceux non compliqués, est adapté au vu de ce qu’on a dit avant – la difficulté dans un contexte socialisé comme celui du Burkina de respecter l’isolement du malade. Mais si – Dieu nous garde – nous devions enregistrer plusieurs centaines de cas, ils devront laisser à la maison les cas non compliqués et se concentrer sur les cas nécessitant assistance médicale. D’ailleurs, c’est ce qui se fait en Europe.

Burkina24 : Dans le cas où  le Burkina n’arrive pas à contenir la propagation de la maladie, l’immunisation collective est-elle à envisager ?

Monica Rinaldi : Je ne pense pas. En effet, environ la moitié de la population adulte au Burkina Faso est malnutrie chronique. Ceci peut sembler choquant, mais c’est la vérité : considérez que plus de 45% des enfants était malnutrie chronique en 2007 et que cette proportion tend à diminuer au fil des années, alors on peut facilement imaginer que ceux qui étaient enfants dans les années suivants la grande sécheresse de 1974-1975 soient malnutris, disons dans au moins 50% des cas.

Probablement même ceux qui étaient enfants avant – mais la plupart a déjà été atteinte par des maladies et en est vraisemblablement décédée. Alors, la malnutrition chronique entraîne, entre autres, une faiblesse du système immunitaire.

Envisager l’immunisation collective équivaudrait à condamner à mort un grand nombre de personnes.

En plus, avec les maladies chroniques qui sévissent (hépatite B 15% de la population, SIDA 1,2%…), ce sont autant plus de personnes affaiblies, et qui auraient moins de possibilités de survivre. Ce n’est vraiment pas envisageable – et c’est d’ailleurs ce qui a été dit par le Directeur de l’OMS lors d’un discours il y a environ deux semaines.

Burkina24 : La chloroquine est-elle une alternative crédible ?

Monica Rinaldi :  Je préfère laisser la réponse aux résultats des essais cliniques qui sont en train de se faire à travers le monde. Ce qui est sûr, c’est un grand espoir. Mais il faut vraiment que les personnes comprennent que

  • ce n’est absolument pas une prévention, même le prof. Didier Raoult ne l’utilise qu’en traitement, pour sa capacité de rendre le virus incapable de pénétrer dans les cellules – ce qui l’empêche de se reproduire. Mais si le virus n’est pas déjà dans l’organisme, ça ne sert à rien ! Au contraire, des résistances peuvent se développer
  • elle ne peut pas être prise en dehors d’une prescription médicale et dans le cadre d’une hospitalisation. Dans tous les Pays où elle a été autorisée, c’est à ces conditions.

Burkina24 : L’Ordre des pharmaciens a ordonné la mise en quarantaine de cette molécule. Comprenez-vous cette mesure ?

Monica Rinaldi : La chloroquine a été retirée du marché burkinabè et de la liste des MEG il y a longtemps. Celle qui se trouve vient d’un circuit parallèle, n’est pas contrôlée, en gros on ne peut même pas être sûr que ce soit de la chloroquine, que ce ne soit pas périmée, ou qu’elle ne contienne pas de substances toxiques.

Si elle a été mise en quarantaine, c’est pour le bien de la population. Je sais qu’il y a des personnes qui ont acheté la chloroquine à 45.000 FCFA pour la prendre en prévention – c’est absolument à éviter !

Burkina24 : La médecine traditionnelle pourrait-elle apporter sa pierre dans la lutte contre la pandémie ?

Monica Rinaldi : Je ne m’y connais pas assez pour répondre à cette question

Burkina24 : Quel conseil avez-vous à donner aux Burkinabè ?

Monica Rinaldi : Les Pays africains ont eu la « chance » d’observer ce qui s’est passé dans le reste du monde, avant que la pandémie ne touche leur continent. Ils ont pu voir comment les systèmes de santé des Pays les plus riches de la planète ont craqué sous les effets de la pandémie. Ils ont par la suite vu – malheureusement – le COVID-19 débarquer sur leur continent, et ne pas être arrêté par la chaleur comme initialement beaucoup, y compris dans le monde scientifique, pensaient.

Les populations de ces Pays ont vu comment les cas se multipliaient de façon exponentielle dans les Pays où les personnes peinaient à pratiquer le confinement : in primis mon Pays, l’Italie, où malgré le confinement partiel nous continuions à nous voir, organiser des soirées entre amis etc… Vous en voyez comme moi les tragiques résultats.

Vous avez la chance – non, le devoir – d’éviter nos erreurs ! Imaginez… ne serez-vous pas fiers que demain, dans les livres d’histoire, on y lise de la capacité qu’ont eu les peuples africains et leurs dirigeants d’éviter les pires conséquences de cette pandémie, grâce à leur clairvoyance et à leur discipline ? Ne serez-vous pas fiers d’être le continent duquel repartira le monde après-COVID ? D’être capables de contribuer à redessiner les équilibres mondiaux, forts de ne pas avoir succombé ?

Vous pouvez y arriver. Mais pour le faire, vous devez apprendre des erreurs des autres.

Aux populations je dis, respectez les consignes. Cela évitera que les gouvernants doivent en prendre de plus strictes, qui auraient des effets catastrophiques sur les personnes économiquement plus faibles. Un confinement peut se faire dans les Pays où 95% de la population active travaille dans le secteur formel – même en cas de licenciement, des indemnités de chômage et autres sont prévues.

Mais au Burkina, où moins de 10% des travailleurs « existe » aux yeux du système, où aucun mécanisme de tutelle pour les chômeurs n’existe, les conséquences seraient inimaginables. Alors, pour éviter d’obliger le gouvernement à prendre cette décision, restez à la maison – et si vous ne pouvez vraiment pas, au moins évitez tout contact inutile !

Au gouvernement je dis, misez sur le dépistage. Investissez dans l’achat massif de tests, y compris les TDR – au moins, vous n’aurez qu’à répéter le test biomoléculaire que sur les résultats négatifs.

Réquisitionnez les étudiants de médecine de la 4ème année en allant, les infirmiers non encore intégrés, pour constituer des équipes qui aillent tester tous les cas présentant des symptômes. Créez un autre laboratoire biomoléculaire pouvant faire le test à Ouaga, et idéalement dans au moins deux ou trois autres chefs-lieux de région (Ouahigouya, Dédougou, Fada et Dori).

Tel que l’a dit le Directeur de l’OMS « testez, testez, testez ».  Fondez-vous sur les bonnes volontés du Pays pour leur trouver des moyens de déplacement adaptés – lancez l’appel en détaillant de quoi vous aurez besoin, les Burkinabè et les amis résidant au Burkina répondront, je vous l’assure.

Réquisitionnez les hôtels pour y isoler les cas non graves, vu qu’il est objectivement impossible de garantir les conditions d’un bon isolement domiciliaire dans notre contexte.

Soyez l’exemple. Ayez ce comportement pour lequel le reste du monde regardera l’Afrique comme le continent qui a su résister à la pandémie. Le continent du futur.

Entretien réalisé par mail par Abdou ZOURE

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 2 commentaires

  1. C’est du “no comments”merci beaucoup pour cette lumière.Que cette interview soit lu et exploitée par les autorités compétentes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre