Décès de Marie Rose Compaoré : Le message de Henriette Zoumbaré

278 0
ECOUTER

Ceci est un message de la députée Henriette ZOUMBARE/ZONGO à sa “grande sœur Rose Marie COMPAORE/KONDITAMDE, décédée dans la nuit du 17 mars 2020. 

Il est des moments de lourds chagrins bien difficiles à surmonter quand disparaît un être cher. Mais quand bien longtemps après la douleur s’atténuera, il restera alors les plus beaux souvenirs immortels que je garderai en moi.

Chère sœur, permets-moi de rappeler le dernier message après mon retour de nos journées parlementaires que tu m’as envoyé le 17 mars 2020 à 19h 14 minutes qui disait ceci : « je suis à l’hôpital Blaise COMPAORE ». Puis survint cette nouvelle matinale effroyable et douloureuse du mercredi 18 mars 2020, annonçant ton rappel à Dieu.

Femme de conviction, femme intègre et fidèle dans l’engagement, le Seigneur t’a rappelé à son père, t’arrachant ainsi à ta famille, à ton époux, à tes enfants et petits-enfants et à ta famille politique au moment où tous avaient le plus besoin de ton amour. Que dire de ta mère ? Elle qui avait déjà mal vécue le décès de son fils, ton petit frère survenu la veille de la tenue du dernier congrès du parti en juin 2018 ?

De façon ineffable, ta mère, notre maman que nous savions très âgée et malade depuis des mois, tirera sa révérence en cette matinée du 21 mars 2020, soit quatre jours après toi sa fille. Que dire de ta famille politique à qui tu t’es donnée à fond ? Et de toutes ces femmes, veuves et orphelins à qui tu apportais soutien et réconfort et qui sont dans la détresse depuis l’annonce de la triste nouvelle ?

Ta disparition ne nous a pas tant affecté que la communication qui a entouré la douloureuse épreuve de ton décès.
Tout en compatissant avec les familles éplorées, je ne puis m’empêcher de m’associer aux légitimes interrogations des membres de ta famille :

● Comment comprendre cet acharnement à présenter la défunte comme un trophée et une première victime du #Covid19 dans tout le Burkina Faso sans en avoir informé au préalable la famille concernée en premier chef ?
● Si effectivement la défunte a été emportée par le #Covid19, pourquoi depuis le décès aucune mesure de protection des membres de la famille n’a été prise, encore moins psychologique ?
● Sur quel critère se sont fait les désinfections des domiciles ? Pourquoi le domicile de la défunte n’a pas été concerné ?
● Face à des ressentiments d’être des burkinabè de seconde zone, quel crédit le citoyen va-t-il accorder aux communications qui sont développées ?
● Les communicateurs ont-ils pensé à la forme de communication qui peut conduire à la stigmatisation des familles COMPAORE, KONDITAMDE et sa famille politique ?

Je ne nie pas l’existence de la maladie du Covid19 dans notre pays. À cet effet, j’exhorte les populations à observer rigoureusement les mesures d’hygiène édictées. Mais les spécialistes de la santé doivent cependant la vérité aux familles victimes et à la population pour plus d’efficacité dans l’information, la sensibilisation et la conscientisation de celle-ci.

Brave Lionne du Zoundwéogo, tu as combattu et servi la nation et le parti de l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) dans la discrétion et avec loyauté, pour l’avènement du vrai changement dans notre pays.
Ce changement se réalisera en ton absence certes, mais sois sans crainte car tu nous as montré le chemin et nous poursuivrons le combat pour son avènement, à commencer par la vérité et toute la vérité sur les causes réelles de ton décès.

Chère sœur, chère Lionne, repose en paix sur la terre de tes ancêtres.

Ta sœur et collègue

Henriette ZOUMBARE/ ZONGO
Députée du Groupe Parlementaire UPC

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre