Coronavirus au Burkina : Les PME et PMI vont produire des produits pharmaceutiques

242 0
ECOUTER

Pour faire face à la forte demande de produits pharmaceutiques dans la lutte et la protection contre la maladie à Coronavirus au Burkina Faso, le ministère du commerce a trouvé des pistes de solution. Il s’agit de l’IRCP-PHARMA, « l’Initiative de Renforcement des Capacités Productives des PME et PMI Burkinabè intervenant dans le domaine pharmaceutique et Biologique ».

L’initiative se veut endogène, un appel à fonds pour soutenir les entreprises locales de production de produits pharmaceutiques de base et désinfectants sanitaires tels que les gels et solutions hydro-alcooliques, les masques, les gants, des appareils spécifiques, etc.

Ce dispositif endogène pour une production nationale permettra de maitriser les coûts de ces produits tant sollicités sur le marché en cette période et relever le défi de l’approvisionnement en produits pharmaceutiques, mis à mal par le fait que le pays est fortement dépendant de l’extérieur.

A noter que 90% des produits pharmaceutiques utilisées au Burkina Faso sont importés et la fermeture des frontières couplée au ralentissement de la production industrielle à l’échelle mondiale compromettent dangereusement la disponibilité des produits pharmaceutiques au Burkina Faso.

IRCP-PHARMA, « l’INITIATIVE DE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS PRODUCTIVES DES PME et PMI BURKINABÈ INTERVENANT DANS LE DOMAINE PHARMACEUTIQUE ET BIOMÉDICAL »,  a été lancée ce mardi 31 mars 2020 par le ministère du commerce à Ouagadougou pour un coût global de 5 milliards de FCFA et dont la phase pilote mobilise 750 millions F CEA.

A court terme, l’initiative a un besoin de financement de 750 millions de francs CFA, pour renforcer les capacités de production des entreprises nationales spécialisées dans la fabrication de désinfectants sanitaires et de matériels de protection hygiénique (masques, gants, combinaison vestimentaire, respirateurs, etc.), faciliter l’approvisionnement des entreprises, assurer la qualité des désinfectants, gels et solutions hydro alcooliques mis sur le marché, entre autres.

A moyen et long termes, cette initiative vise à faciliter l’installation d’unités locales de production de produits pharmaceutiques et biomédicaux et à réduire la dépendance du pays vis-à-vis de l’extérieur en matière d’approvisionnement.

Pour mobiliser le financement, le ministère compte sur des ressources endogènes. Pour ce faire, un appel est lancé à tous les donateurs volontaires à ne ménager aucun effort pour faire des dons.

D’ores et déjà, on note le don du PDG de Coris Bank International d’une valeur de 100 millions de FCFA pour soutenir l’initiative.

À noter aussi  la signature des deux premières conventions dans le cadre de l’initiative avec l’entreprise HORLINA intervenant dans la production des gels hydroalcooliques et aussi avec le CNRST qui interviendra dans la production de la chloroquine et du paracétamol.

Source: https://web.facebook.com/mcia.burkina/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre