Coronavirus : Le Premier Ministre ivoirien annonce des mesures sociales et économiques

197 0
ECOUTER

 Le Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly a dévoilé le mardi 31 mars 2020  le plan de soutien économique, social et humanitaire de son gouvernement au profit des populations et entreprises ivoiriennes. 

Le chef de gouvernement ivoirien, Amadou Gon Coulibaly a rendu publiques les mesures économiques, sociales et humanitaires visant à amoindrir les conséquences du coronavirus sur les populations et les entreprises exerçant sur le territoire ivoirien.

Ainsi, le Premier Ministre a présenté un Plan de Riposte Sanitaire évalué à 95 milliards 880 millions de FCFA avec pour objectif de « briser la chaîne de transmission de la maladie, à garantir la meilleure prise en charge des malades, à isoler et à suivre les personnes ayant été en contact avec ces malades et à poursuivre les efforts pour maintenir les populations à l’abri de la contamination », a-t-il expliqué.

Quant à l’aspect économique de cette opération de sauvetage le gouvernement ivoirien a préparé des actions à la rescousse des secteurs clés de son économie à savoir les exportations et les importations, le BTP, le tourisme et le transport.

« La croissance économique estimée à 7,2% pour l’année 2020 serait réduite de moitié et s’établirait à 3,6%, dans l’hypothèse d’une maîtrise de la pandémie à fin juin 2020 » a projeté Amadou Gon.

Ces mesures touchant aux entreprises devraient à court terme « maintenir l’activité économique, à soulager leur trésorerie et à préserver l’emploi. » Il s’agit entre autre de :

  • La suspension des contrôles fiscaux pour une période de trois mois;
  • Le report de trois mois le paiement des taxes forfaitaires pour les petits commerçants et artisans (notamment les maquis, les restaurants, les boites de nuit, les bars, les cinémas et les lieux de spectacles) ;
  • Le diffèrement pour une période de trois mois du paiement des impôts, taxes et versements assimilés dus à l’État ainsi que des charges sociales du fait des difficultés de trésorerie des entreprises ;
  • La réduction de 25% de la patente transport ;
  • Le différemment pour période de trois (3) mois le paiement de l’impôt sur les revenus de capitaux (IRC) aux entreprises du tourisme et de l’hôtellerie qui éprouvent des difficultés ;
  • L’exonération des droits et taxes de porte sur les équipements de santé, matériels et autres intrants sanitaires entrant dans le cadre de la lutte contre le COVID-19 ;
  • L’annulation des pénalités de retards dans le cadre de l’exécution des marchés et commandes publics avec l’État et ses démembrements durant la période de crise ;
  • Le remboursement des crédits de TVA sous un délai de deux (2) semaines, grâce à un allègement des contrôles à priori et le renforcement des contrôles à posteriori ;
  • Etc…

Les dispositions de préservation de l’outil de production et de l’emploi

A ce titre les mesures retenues concernent :

  • La mise en place d’un fonds de soutien au secteur privé pour un montant de 250 milliards de FCFA, prenant en compte le renforcement du soutien aux PME pour au moins 100 milliards de FCFA et la mise en place de fonds de garantie, afin d’avoir un effet de levier sur l’accès au crédit ;
  • La mise en place d’un fonds spécifique d’appui aux entreprises du secteur informel touchées par la crise pour un montant de 100 milliards de FCFA. Cette mesure sera pérennisée après la crise avec une fiscalité simple et des modalités novatrices de financement ;
  • Le soutien aux principales filières de l’économie nationale, notamment l’anacarde, le coton, l’hévéa, le palmier à huile, le cacao, le café, pour un montant de 250 milliards de FCFA ;
  • Le soutien à la production vivrière, maraichère et fruitière pour un montant de 50 milliards de FCFA, dont 20 milliards au titre des intrants ;
  • La poursuite du dialogue avec les principaux acteurs économiques, notamment les faitières agricoles, les coopératives ainsi qu’avec les populations, afin d’améliorer le plus rapidement possible la reprise économique dans les meilleures conditions de succès ;
  • Le décalage pour l’ensemble des abonnés, les dates limites de paiement des factures d’électricité et d’eau, d’avril à juillet 2020, et de mai à août 20 20. A cet effet, des facilités de paiement seront proposées pour soulager les populations, prendre  en  charge les factures d’électricité  et d’eau, devant être payées en avril et en mai 2020, des couches défavorisées c’est-à-dire des ménages abonnés au tarif social d’électricité, et des ménages facturés uniquement dans la tranche sociale pour l’eau. Cela concerne plus d’un million de ménages soit environ 6 millions de nos concitoyens ;
  • L’instauration un fonds de solidarité pour un montant de 170 milliards de FCFA, en vue de financer les populations les plus vulnérables dans le cadre du soutien humanitaire d’urgence, à travers notamment l’élargissement du champ des filets sociaux ;
  • Le renforcement le contrôle des produits de grande consommation et appliquer des sanctions aux contrevenants, Inciter les propriétaires de logements à faire preuve de souplesse et à discuter avec leurs locataires, Assurer une éducation à distance en commençant par les classes d’examens (CM2, Troisième et Terminale) par le biais de la télévision.

Le chef du gouvernement ivoirien a, par ailleurs, insister sur le respect scrupuleux des gestes-barrières, premiers rempart contre la propagation du coronavirus en Côte d’Ivoire.

Kouamé L.-P. Arnaud KOUAKOU

Correspondant de Burkina 24  en Côte d’Ivoire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre