Une note diplomatique prédit «un effet quasi-apocalyptique du coronavirus sur les Etats africains »

240 2
ECOUTER

Le Covid-19 continue sa progression en Europe et aux Etats-Unis alors qu’en Chine où il est apparu au cours de la mi-novembre 2019 le mal est désormais circonscrit. L’Afrique avec ses 6000 cas de contamination est quant à elle  relativement épargnée jusque-là, comparativement au ravage en vigueur sur ces continents. Toutefois, les prévisions les plus alarmantes sur le continent africain fusent de toute part. La dernière en date est cette note diplomatique française qui prédit l’effondrement de plusieurs de nos Etats. En voici les raisons évoquées.

Une note diplomatique du Centre d’analyse de prévision et de stratégie (CAPS), intitulée « L’effet pangolin : la tempête qui vient en Afrique ? » a prédit un effet quasi-apocalyptique du coronavirus sur les Etats africains. Ce think tank rattaché au gouvernement français au travers du Quai d’Orsay, le Ministère des Affaires Etrangères a indiqué que « vu d’Afrique, le Covid-19 se présente sous la forme d’un chronogramme politique qui va amplifier les facteurs de crise des sociétés et des Etats ».

Selon ce rapport, cette pandémie du Coronavirus est « la crise de trop qui déstabilise durablement, voire qui mette à bas des régimes fragiles (Sahel) ou en bout de course (Afrique centrale) » et ce, au regard de la défaillance de ces Etats africains à tous les égards.

Le Centre d’analyse de prévision et de stratégie, CAPS, a expliqué qu’en Afrique sur le plan sanitaire « le taux de médicalisation […] est quasi-nul et les systèmes de santé nationaux peuvent être considérés comme saturés d’office ». Le COVID-19 va alors mettre au grand jour « l’incapacité » des Etats africains à protéger leurs populations.

Cette crise sanitaire devrait produire son binôme politique avec un grand nombre de décès dans la classe dirigeante. Il faudrait alors s’attendre à une série de déstabilisation touchant principalement les pays du Sahel et de l’Afrique centrale caractérisée par des « politiques publiques défaillantes ».

L’émergence de nouveaux interlocuteurs pour la France

Après avoir passé en revue les wagons de catastrophes politique, économique et sanitaire tirés par le Coronavirus et qui attendent l’Afrique, le CAPS, a proposé à la France de se tourner vers de nouveaux interlocuteurs avec qui coordonner les « efforts de gestion de la crise en Afrique ». A cet effet, quatre catégories d’acteurs ont été répertoriées. Il s’agit des autorités religieuses, les diasporas, les artistes populaires et pour finir les « entrepreneurs économiques et les businessmen néo-libéraux ».

Selon la démonstration du CAPS, certaines autorités religieuses « pourraient vouloir défier l’ordre public pour imposer le leur dans ce moment de faiblesse de l’Etat », les diasporas quant à elles auront « un devoir d’information civique » tandis que les artistes populaires « autorités morales crédibles (…) façonnent les opinions publiques ».

« Anticiper le discrédit des autorités politiques signifie accompagner en urgence l’émergence d’autres formes d’autorités africaines crédibles pour s’adresser aux peuples afin d’affronter les responsabilités de la crise politique qui va naître du choc provoqué par le Covid-19 en Afrique » expliquent les experts du CAPS, suffisamment persuadés que le Covid-19 entraînera une véritable révolution politique dans les pays africains.

Ces fonctionnaires du Ministère français des Affaires Etrangères restent visiblement pessimistes surtout concernant la capacité des Etats du Sahel et d’Afrique centrale à affronter cette crise et ses imminentes conséquences et pour cause « l’immanquable détournement de biens publics et de l’aide sanitaire internationale à venir peut facilement cristalliser l’ultime perte de crédit des dirigeants ».

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : AgenceEcofin

 

Il y a 2 commentaires

  1. Est-ce que des experts africains se sont mêlés de comment le COVID-19 toucherait les continents européen et américain ? Vous n’arrivez même pas à faire face à cette maladie dans vos pays malgré vos soi-disant systèmes sanitaires propices et c’est à l’Afrique que vous voulez venir en aide ? Nous n’avons que faire de vos interlocuteurs qui viendront essayer de nous embobiner à accepter d’être des cobayes ! Nous pouvons gérer cette crise sans votre aide combien douteuse !

  2. Le coronavirus va être une raison supplémentaire pour mettre la pagaille en Afrique. Et après on se demande pourquoi il y a un sentiment anti français en Afrique. Et pourtant ce think tank, qui n est qu un réservoir d imbéciles a déjà montré sa totale incompétence envers les affaires Africaines. Malheureusement il semblerait que ces experts en bêtise soient écoutés en plus au lieu. Dommage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre