Gestion du COVID-19 au Burkina : Le CDP indexe une “politique inappropriée du MPP”

189 0
ECOUTER

Ceci est une déclaration du Congrès pour la démocratie et le progrès sur la gestion de la crise du COVID-19.

Le 02 avril 2020, le président du Faso s’est adressé à la nation concernant les mesures du gouvernement sur le Coronavirus. Ce discours a sonné comme une homélie dans le désert, sans conséquence bénéfique ni pour les populations ni pour l’économie du Burkina Faso. Les mesures prises s’apparentent à un raffinement de cruauté pour alourdir le quotidien des citoyens burkinabè.

Le Congrès pour la Démocratie et le Congrès (CDP), déplore cette politique inadaptée du gouvernement en cette rude période de pandémie du Coronavirus.

Le CDP présente ses condoléances aux familles endeuillées par cette pandémie et souhaite un prompte rétablissement aux malades.

Notre parti dans son communiqué du 31 mars 2020, préconisait des mesures économiques et sociales appropriées aux populations et à l’économie du Burkina Faso. Force est de constater que le gouvernement du MPP et de ses alliés est resté sourd face à ses mesures attendues par les populations de notre pays.

Sur la question cruciale de la pandémie et de ses victimes, le président du Faso et son gouvernement n’ont pas pu rassurer les Burkinabè, ni sur  un dispositif accessible de dépistage des personnes, ni sur la prise en charge des malades. Ainsi, le président du Faso et son gouvernement ont une fois de plus démontré leurs limites dans la gouvernance au profit des populations du Burkina Faso.

Les mesures prises par le gouvernement, ne profitent ni économiquement ni socialement aux citoyens du Burkina Faso. Cependant, elles permettent au pouvoir du MPP et de ses alliés d’évoluer dans leur gouvernance clanique, antisociale et anti-progrès de notre pays.

Au titre des mesures fiscales, la remise automatique des  pénalités et amendes exigibles est la plus simple manière de repositionner leurs camarades contrevenant dans le sérail des marchés publics, lieux réservés à leurs adeptes. La logique aurait été que les contrevenants payent à l’Etat les pénalités.  Ensuite, les contribuables exemplaires, parce qu’ils sont en règle vis-à-vis du fisc,  devraient voir leurs taxes allégées et ne pas écoper de pénalités  pour la période indiquée.

La suspension des opérations de contrôles sur place est une mesure incitative à la fraude et aux détournements. Le CDP dénonce une telle politique nationale.

Le report de la date limite de paiement de la taxe sur les véhicules semble incongru et inopportun par rapport au cas spécifique de lutte contre le Coronavirus. Une fois de plus, le pouvoir du MPP poursuit d’autres fins  contraires au bien-être des populations.

La délivrance d’attestations de situation fiscale aux entreprises non en règle de leurs obligations fiscales, démontre enfin les desseins frauduleux du gouvernement du MPP et des ses alliés.

Les mesures touchant les secteurs des transports, de l’hôtellerie et du secteur informel, sont des leurres. Ces mesures ne produisent aucun résultat positif en termes de gains au profit des populations.  Dans la mesure où ces structures sont inopérantes (c’est-à-dire fermées par décisions gouvernementales), tout taux multiplicateur appliqué à la constance nulle donne un résultat nul.

Les mesures prises par le gouvernement, répondent plus à une logique de profit à une classe bien particulière. La classe créatrice de revenus et d’emplois n’a pas été prise en compte dans ces mesures. Les populations des campagnes, majeure composante de notre pays, ne bénéficient pas non plus de ces mesures, car exclues de la désserte de l’eau courante et d’électricité. Pour le monde agricole aucune, mesure concrète n’est prise pour les accompagner dans leurs activités.

Quelles sont les mesures de prise en charge sanitaires pour ces populations des campagnes ? De plus, les mesures de fermeture des grandes villes empêchent les populations des campagnes d’accéder aux villes pour des biens et des services nécessaires inexistants dans leurs localités. Dans les villes, les populations les plus défavorisées du fait de leurs liens de subsistances avec les campagnes sont pénalisées par  ces mesures de confinements des villes. Aussi, une grosse arnaque se prépare, liée à la réouverture des boutiques de la SONAGESS, car le gouvernement ne dit sur quel stock ces boutiques seront approvisionnées ? Et quel sera le prix de cession des vivres ?

Plusieurs catégories professionnelles subissent les effets du confinement lié au Coronavirus, mais elles n’ont pas été prises en compte dans les mesures du gouvernement. Il s’agit des entreprises privées classiques, des professions libérales telles que les avocats et les médecins, les tenanciers de maquis et leurs personnels. Aussi, les fonctionnaires n’ont pas été pris en compte car L’IUTS devrait être simplement suspendue et les négociations ouvertes. De même, les salaires suspendus doivent être rétablis pour apaiser le climat social. En ce qui concerne les élèves et étudiants, ils n’ont reçu aucune proposition quand aux études et aux examens.

Si les populations des villes peuvent fonctionner en autarcie de biens et de services, cela l’est moins pour les populations des campagnes. C’est pourquoi le couvre-feu devait être décrété sur une base légale en tenant compte des spécificités pour ne pas tuer l’économie de toutes les régions.

En clair, la pandémie du Coronavirus se présente comme une occasion pour le MPP et son gouvernement de masquer sa gouvernance chaotique face aux réels problèmes des populations burkinabè.

Le CDP condamne cette politique inappropriée du MPP et de son gouvernement face à la pandémie du Coronavirus et face aux besoins économiques et sociaux des populations du Burkina Faso.

Le CDP exhorte le gouvernement à réviser les mesures pour qu’elles profitent réellement à toutes les composantes de la société burkinabè. Un plan de riposte ainsi que des mesures d’accompagnement participatives, en accord avec l’opposition, les forces sociales, les autorités coutumières et religieuses, le monde de la culture pourraient être mis à la disposition des populations. Il est toute fois primordiale pour le gouvernement  de clarifier l’opinion sur le document qui circule comme étant le plan de riposte du Burkina Faso face à la pandémie.

Le CDP salue et encourage les efforts du personnel de santé et des Forces de Défense et de Sécurité.

Le CDP invite les populations à toujours respecter les mesures sanitaires, à intégrer et à adopter les gestes simples pour contrer la propagation du virus.

Ensemble, nous vaincrons.

Vive le Burkina Faso,

Démocratie-Progrès-Justice

Ouagadougou, le 05 avril 2020

Pour le Bureau Politique National,

Le Secrétariat à la communication et à l’information

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre