Covid-19 au Burkina : Le Syndicat des artistes critique la gestion du milliard

213 0
ECOUTER

La pandémie de coronavirus a fait 414 cas positifs, 134 guérisons et 23 décès au Burkina à la date du 8 avril 2020. Le ministère de la culture a bénéficié d’une enveloppe de plus de 1 milliard de francs CFA pour amortir le choc de la pandémie sur le secteur. Face à la presse ce jeudi 9 avril 2020, le Syndical National des Artistes Musiciens du Burkina Faso (SYNAMUB) s’est opposé à la manière de gérer les fonds.

Pour permettre au monde culturel de faire face au covid-19, le ministère de la culture des arts et du tourisme a été doté d’une enveloppe de plus  de 1 milliard de francs CFA. Seulement, la répartition de cette somme semble poser problème et le SYNAMUB dit être contre la méthode préconisée par le ministère de la culture. « Ils ont mis un comité clanique pour se partager l’argent », a déclaré le SG du syndicat, Almany Kj.

Selon ses propos, le SYNAMUB n’a pas été associé à la mise en place du comité de réflexion pour la gestion du fonds alloué à la relance du secteur culturel. Et ce, en dépit du fait que sa structure ait adressé une correspondance au ministre pour marquer son inquiétude face au  sort des acteurs du secteur le 31 mars 2020. « Le tableau étant déjà noir, l’avènement du covid-19 ne fera que l’assombrir d’avantage », a ajouté le SG.

« Sur le plan culturel, notons que les artistes musiciens en particulier vivaient déjà des conditions difficiles de travail du fait de la restriction de leur champ  d’action sur toute l’entendue du territoire à cause du terrorisme. A cela, ajoutons la précarité du secteur et l’intermittence des revenus des acteurs qui font que la plupart des artistes vivent au jour le jour. Une situation qui plongera le monde de la culture dans une misère noire »

Almany Kj

Pour ce qui est des recommandations du syndicat, Almany Kj et ses camarades ont mis un plan de relance à 4 points. Les différents axes sont entre autres la gestion transparente du fonds destiné à venir en aide aux acteurs culturels, le payement par anticipation des droits d’auteur en avril et la mise à disposition des acteurs de vivres.

Sur le paiement des droits d’auteur, Almany Kj a indiqué que les perceptions ont été faites l’année passée. Il n’existe donc pas selon lui des raisons qui puissent empêcher l’exécution du payement en avril. « Ça viendra soulager un bon nombre d’acteurs », a-t-il ajouté.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre