Lutte contre le Covid-19 : Le tabac controversé au cœur de la recherche scientifique

1077 0

Le COVID-19 reste toujours un inconnu pour les chercheurs. Chaque jour, les scientifiques avancent et en apprennent plus sur cet ennemi invisible. Si certaines observations pointent paradoxalement le faible taux de fumeurs parmi les personnes atteintes du nouveau coronavirus, ceux qui contractent ce virus pourraient eux souffrir des formes plus graves de la maladie.

Au Burkina Faso, le corps médical engagé dans la lutte contre le tabagisme et les effets du tabac est également impliqué dans la lutte contre le Covid-19. « Nous sommes tous impliqués et sommes au front dans la prise en charge des patients atteints », a confié le Pr Georges Ouédraogo, pneumologue à Ouagadougou. A l’en croire, les fumeurs qui contractent le Covid-19 pourraient souffrir des formes plus graves de la maladie.

« Les fumeurs qui sont déjà porteurs de maladies liées à leur tabagisme, comme la BPCO, l’hypertension artérielle, etc., peuvent rapidement évoluer plus vers les formes graves. De façon globale, le tabagisme est nuisible pour le système de défense de l’appareil respiratoire le rendant peu performant et créant ainsi le lit pour l’éclosion de plusieurs maladies », a indiqué le tabacologue en service au CHU Yalgado Ouédraogo.

Le Covid-19 se transmet beaucoup plus facilement, ont reconnu l’ensemble des chercheurs. Le Comité national français contre le tabagisme (CNCT) a révélé récemment que la fumée dégagée par les consommateurs de la cigarette électronique et les fumeurs de cigarettes classiques représente une source de contamination si le vapoteur ou le fumeur est atteint du Covid-19.

Le Covid-19 présent dans la fumée…

« Les particules présentes dans la vapeur exhalée par les vapoteurs infectés par le coronavirus sont potentiellement porteuses du virus et peuvent être à l’origine de contaminations par vapotage passif et ultra-passif au même titre que pour le tabagisme », a publié la structure française. Sur cette question, le Pr Ouédraogo se veut formel et va plus loin : Il est temps d’arrêter de consommer le tabac.

« Comme vous le savez, la transmission du virus du Covid-19 est essentiellement aérienne par les gouttelettes projetées par le patient quand il parle, tousse ou éternue. Rejeter sa fumée de cigarette ou son aérosol de vapotage, certainement, c’est rejeter en même temps des gouttelettes pouvant contenir le virus si ce consommateur de tabac est un malade du Covid-19. Nous pensons que la période de cette pandémie est une opportunité offerte aux fumeurs d’arrêter leur consommation du tabac », a-t-il déclaré.

Selon les spécialistes, le tabagisme et le vapotage passifs à l’extérieur, les nuages de fumée et de vape produits sont détectés jusqu’à 10 mètres autour de l’usager. Ce qui voudrait dire qu’il faut observer au moins 10 mètres de sécurité avec ces nuages de fumée.

La nicotine efficace contre le Covid-19 ?

Paradoxalement, certaines observations pointent le faible taux de fumeurs parmi les personnes atteintes du nouveau coronavirus. Une équipe de l’hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris s’est, en effet, penchée sur l’effet de la nicotine sur le Covid-19 qui a fait plus de 178.000 morts dans le monde (chiffres officiels au 22 avril 2020).

Leur étude, qui vient d’être publiée par l’Académie des sciences en France, porte sur 480 malades du Covid-19, dans des formes plus ou moins sévères. « Les fumeurs quotidiens ont une probabilité beaucoup plus faible de développer une infection symptomatique ou grave par le Covid-19 par rapport à la population générale », est convaincue l’équipe de scientifiques.

Une étude clinique sera bientôt lancée notamment en France pour percer le mystère. Mais les médecins mettent en garde : pas la peine de se mettre à la cigarette pour autant. Le tabac est responsable, chaque année, de la mort de 7 millions de personnes dans le monde. Bien plus, pour l’instant, que le nouveau coronavirus.

Noufou KINDO

Burkina 24



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *