Chronique de Ramadan : La riposte spirituelle, c’est possible !

1031 0

La chronique de Ramadan est proposée par l’Imam Alidou Ilboudo.

« O croyants ! Le jeûne vous a été prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont devancés ; ainsi vous atteindrez à la piété. » (Sourate II, verset 183)
Le jeûne du ramadan se passe actuellement en pleine pandémie du covid19 où les lieux de culte sont fermés aux activités cultuelles et sociales, le regroupement pouvant être un facteur d’expansion de la maladie.

Les oulémas ont certes donné la voie à suivre, rappelé et soutenu les textes en la matière, mais certains fidèles ne semblent toujours pas comprendre.

Et pourtant, l’avis des savants tient lieu de préceptes en islam. Le prophète de l’islam a dit : «  les savants sont les héritiers des prophètes… » En islam, il n’y a pas de clergé ; c’est la délibération des savants qui en tient lieu. C’est dans ce contexte encore que la Fédération des associations islamiques a appelé à faire du ramadan «  un mois de riposte spirituelle » de la pandémie.

Cet appel a fait sourire plus d’un sceptique et fait espérer à certains fidèles l’ouverture des mosquées, chose dont je ne m’oppose pas par principe mais par précaution. Et pourtant la riposte spirituelle est belle et bien possible.

Aux fidèles,

-de savoir, qu’obéir aux dirigeants et aux savants, fait partie des enseignements de la religion. Que les dirigeants ont plus besoin de ces lieux qu’eux-mêmes. Mais qu’il était de leur devoir et responsabilité de veiller à la sécurité des fidèles. Le prophète nous a enseigné que le dirigeant sera interrogé sur sa responsabilité au jour dernier. Les fidèles se doivent donc de respecter les consignes données en évitant les regroupements pour les prières dans les mosquées et en limitant le nombre de personnes pour les cérémonies (baptêmes, mariages, obsèques)

Aux savants,

-de rappeler et d’insister sur les enseignements islamiques en matière de sécurité des personnes en cas de maladie. En rappel, la préservation de la vie humaine est une des grandes finalités de l’islam. Et selon certains savants, c’est même la toute première des finalités.

Pour illustration, nous sommes en ramadan, et les versets 184 et 185 de la sourate II dispensent le jeûne aux personnes qui le supportent difficilement et leur demandent de payer une compensation en nourriture. Les commentateurs du coran ont listé parmi ces personnes : les malades chroniques, les personnes âgées, la femme enceinte ou qui allaite si elle craint pour elle-même ou pour l’enfant. Le voyageur et le malade temporaire reportent leur jeûne en un temps favorable.

Ensuite, le fait de prendre en compte le déterminisme, la relation de cause à effet et que tout cela arrive de par la science d’Allah. Le prophète a conseillé à un compagnon d’attacher sa monture avant de la confier à la garde de Dieu.

La morale ici est que le croyant doit prendre toutes les précautions nécessaires pour se prémunir quitte à ce qu’Allah ait décidé autrement.

Spécifiquement concernant la contagion en cas d’épidémie, le prophète nous a enseigné : «  Quand la peste est déclarée dans une région et que vous y êtes, n’en sortez pas. Et si vous n’y êtes pas, n’y entrez pas ». Et aussi ce principe général : «  ne commettez pas de nuisance ; n’acceptez pas de nuisance. » et bien d’autres encore…

Mais comme toujours on restera à théoriser. On louera la conduite du prophète en cas d’épidémie parue dans une revue américaine, pour dire que l’islam connaissait cela il y a quinze siècles mais on sera les plus réticents à les mettre en pratique !

Aux responsables, une chose est de prendre des décisions et une autre est de suivre leur effectivité et le respect. Et la riposte spirituelle ne sera pas sans cela.

La risposte spirituelle suppose aussi un engagement communautaire plus prononcé, lequel ne peut être obtenu sans la voix autorisée des responsables.
La riposte spirituelle ne devra pas être vue comme une solution miraculeuse qu’on obtiendra à la suite de prières, d’invocations faites dans un lieu de prière.

Pas seulement cela. Le miracle appartient aux prophètes et le temps est des prophètes est révolu , Mohammad (SAW)étant le dernier.

La prière est essentielle, même incontournable, la créature ne peut rien d’elle-même si ce n’est par le secours d’Allah.

Mais comme dans la recherche de la subsistance, le croyant doit agir et Dieu bénit ses actes. Le calife Oumar chassait les gens de la mosquée à une certaine heure de la journée pour qu’ils aillent travailler. La prière est essentielle en ce sens ce que nous disons à Dieu notre incapacité et notre insuffisance.

La prière est essentielle car elle renforce notre assurance, nous évite la psychose et soutient les familles affectées et même les malades. Un malade qui croit que Dieu peut le sauver, le guérir à travers le médicament qu’il prend est plus disposé à guérir plus que celui qui est désespéré et ne croit plus à rien. En fin, la prière est essentielle car elle traduit notre repentir et notre retour à Dieu.

Et si tout ce qui nous arrive est la conséquence de notre pollution et exploitation exagérée de la nature, elle nous fait prendre conscience de nos errements et nous ramène à la règle essentielle de cette maladie : respecter les consignes.
En quoi consiste toute la religion sinon un ensemble de règles auxquelles il faut respecter et dont le no respect t’expose au châtiment.

En conclusion, nous pouvons faire de cette période une riposte spirituelle contre le Covid19 en respectant, et les préceptes de notre religion qui disposent que la vie est sacrée, et aussi les consignes sanitaires qui nous aident à préserver la vie.

Bonne suite de ramadan !
Respectons les consignes.
Ne mettons pas en danger ni notre vie ni celle des autres.


Participez à l’opération « Ramadan avec les Démunis » en contribuant aux numéros suivants orangemoney 76926217 et mobicash 72959511.



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *