Mesures contre la COVID19: Les commerçants exigent la réouverture des marchés

Les commerçants de quelques gros marchés 10 Yar, Nabi Yar et Sankar Yaaré de la ville de Ouagadougou réclament la réouverture des marchés après celle de Rood-Wooko, le grand central. Ils ont manifesté leur mécontentement ce lundi 27 avril 2020 en bloquant la circulation.

 «Les autorités exagèrent en fermant les marchés et les mosquées. Nous venons juste nous asseoir dans le parking, ce n’est pas de gaieté de cœur. Ils copient tout chez les Blancs alors qu’eux ils ont plus de moyens pour s’occuper de leurs populations », explique Kaboré Boukaré, commerçant.

 

Cela fait un mois que les marchés ont été fermés et les commerçants commencent à crier aux poches vides. Ils demandent à ce que les autorités allègent les mesures.

 « Avant qu’on ne ferme le marché, nos économies à la maison ne dépassaient pas 20 000 F CFA. Cela fait un mois aujourd’hui, nous n’avons plus rien. Nous sortons de la maison pour éviter les bagarres avec nos femmes parce qu’on n’a rien pour elles», commente Noufou Soudré.

Le gouvernement a pris des mesures d’accompagnement pour les personnes vulnérables dans les marchés. « Nous ne voulons pas de leur aide, s’exclame toujours Boukaré Kaboré.  Qu’ils ouvrent le marché, c’est là où nous travaillons, c’est de là que nous tirons notre argent pour nous occuper de nos familles ».

Ousmane Zongo, commerçant à Sakariaré

Aucune aide du gouvernement ne saurait venir éponger leur besoin. Car pour Ousmane Zongo, c’est en vendant au marché qu’ils arrivent à subvenir aux besoins de leurs familles. D’ailleur,s se plaint-il, «même si ce sont des milliards qu’ils décaissent pour nous, ça ne résoudra pas le problème. Il y aura toujours des gens pour le détourner. Les sacs de riz qu’ils disent nous avoir donnés,  nous avons entendu parler mais jusque-là nous n’avons rien eu. Ils ont ouvert Rood Wooko alors qu’il y a plus de monde là-bas.

Ils promettent eux aussi se conformer aux mesures sanitaire et de distanciation prises dans le grand marché si toutefois le marché ouvre. Cependant, aucun d’entre eux ne respecte la distanciation et  la plupart d’entre eux ne portent pas le cache-nez prétextant qu’ils respirent difficilement.

A notre arrivée, ils avaient déjà levé les barrières mais restaient autour du marché. « Nous avons barricadé la route pour exiger qu’on ouvre le marché, la CRS et les responsables du marché sont venus nous demander de lever les barrières pour la circulation en nous promettant de revenir demain avec des nouvelles », explique Abdoul Karim Sana.

Salif Congo, responsable au marché Sakariaré

Les responsables du marché de leur côté assurent avoir échangé avec un représentant du maire. Selon les dires de Salif Congo, l’un des responsables du marché, le représentant du maire les a rassurés que des concertations sont en cours pour une r »ouverture probable. Mais aucune date n’a été donnée.

« Nous leur avons donné deux jours pour nous donner une réponse. Demain nous rencontrerons les jeunes du marché. S’ils ouvrent le marché, le débat sera clos. Sinon nous ne pourrons plus les contenir », conclut-t-il.

Revelyn SOME et Basile SAMA

Burkina24

Écouter l’article


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page