Chronique de Ramadan : La langue du jeûneur

1011 0

La Chronique de Ramadan est proposée par l’Imam Alidou Ilboudo.

« O vous qui croyez ! Le jeûne vous été prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont devancés, ainsi vous atteindrez à la piété.  » (Coran II, 183).

Abou Houreira a dit : le messager de Dieu(SAW) a dit : «  que celui qui jeûne s’abstienne de se comporter avec indécence et ignorance ; si quelqu’un l’injurie ou vienne à le combattre, qu’il dise : « je suis jeûneur, je jeûneur »

Et encore : «  celui qui ne renonce pas au mensonge et aux pratiques qui y correspondent (faux), Dieu n’a nul besoin qu’il renonce au manger et au boire pour lui. »

Dieu nous a ordonné le jeûne pour éduquer non seulement notre corps par l’abstention du boire et du manger mais aussi notre cœur et notre esprit.

Les membres sont les voies d’accès au cœur. Le cœur  dit : «  ne discute pas sur ce dont tu n’as la science, l’ouïe, la vue, et le cœur seront interrogés sur cela »( sourate 17, verset 36). Pour ce qui est spécifiquement de la langue, il importe que le jeûneur la contrôle, pour ne pas détruire les mérites de son acte.

Parler est un privilège qu’Allah nous a fait par rapport aux autres créatures. Jeûner   , c’est se retenir, et se retenir de parler en fait partie. Dans la sourate 19, Marie(Dieu soit satisfait d’elle) en fait la démonstration en désignant son enfant à sa tribu mais refusant de leur adresser la parole : « je suis en état de jeûne je n’adresse parole aujourd’hui à un humain » sourate 19, Verset 26).

 Les défauts de la langue sont nombreux. Ghazali   a écrit une épitre éloquente sur le sujet. Il a listé entre autres parmi les dégâts de la langue ou du langage :

-Parler de ce qui ne nous regarde pas

–  verser dans des conversations vaines et inutiles

-pérorer pour se vanter en usant de phraséologie

-dire des paroles obscènes

-l’excès de plaisanterie

-se moquer oui ironiser ou ridiculiser

-divulguer les secrets

-médire des gens ou les humilier

– mentir ou calomnier

Ainsi donc les défauts de la langue sont nombreux et le plus souvent nous n’y faisons pas attention. Le jeûne est pour nous l’occasion de contrôler notre langage, en clair de coincer notre langue.  La sagesse populaire dit de la parole qu’elle est une flèche et une fois décochée on ne peut plus la reprendre ; c’est vrai, on peut s’excuser mais le mal est déjà fait. On regrette parfois  des paroles qu’on a dites, mais rarement le silence qu’on a gardé.

Dans un hadith bien connu le prophète (SAW) nous dit : «  qui me garantit ce qu’il a entre ses cuisses et ses mâchoires, je lui garantis le paradis. » en d’autres termes, il aligne sur un même pied le péché de  la parole et celui de la chair. Et parfois nous ne savons pas quelle parole  nous tue ou nous sauve : «  il se peut que l’homme dise une parole, qu’il ne considère que peu de choses et que cette parole le mène au paradis. Il se peut que l’homme dise une parole, qu’il ne considère que peu de choses et que cette parole le mène en enfer ». (Hadith).

 La force de la parole ne tient pas à sa longueur. Chacun de nous sait ce que des expressions courtes  comme oui, non, coupable, non coupable, peuvent être déterminantes pour la vie ou la mort

Tourner la langue  sept fois dans la bouche est une expression qui nous montre toutes les précautions qu’il faut prendre avant de parler.  Les sages disent que la langue est emprisonnée dans la glotte, protégée par la double rangée de dents et ceinturée par les lèvres pour retarder son expression. Malgré cela nous parlons le plus souvent trop vite et très mal à propos.

Le jeûneur qui prend conscience que son jeûne concerne  aussi bien sa langue que les autres organes du corps va donc s’efforcer d’emprisonner sa  parole et de la placer dans cette recommandation prophétique : «  que celui qui croit en Dieu et au jour dernier,  qu’il dise du bien ou qu’il se taise ». et le bien est tout ce qui construit, élève.

Alors donc, on ne peut être en jeûne et être le relais attitré des rumeurs, des intox et des fausses nouvelles. Malheureusement, le climat Covid est propice à cela !

On ne peut pas être en jeûne et être dans le dénigrement continu. On peut faire une critique constructive, c’est-à-dire faire des propositions concrètes si besoin était.

On ne peut être en jeûne et faire des insultes  et de la médisance son occupation.

Ce n’est pas nécessaire de s’attarder sur le mensonge et la calomnie car c’est bien connu : «  le croyant ne ment pas. » 

C’est vrai qu’on a parlé de la langue et de la parole mais ce que nous écrivons, sur Facebook surtout fait partie de nos paroles, et pire les paroles peuvent ‘s’envoler, les écrits resteront.

Bonne suite de ramadan. Ensemble, on respecte les consignes pour barrer la route au covid19.


NB- participez à l’opération « RAMADAN AVEC LES DEMUNIS » en contribuant aux numéros suivants :

Orangemoney :  76926217 Mobicash : 72959511



Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *