COVID-19 au Burkina Faso : L’opposition ne fait pas l’éloge du plan de riposte du gouvernement

237 0
ECOUTER

Le Chef de File de l’Opposition Politique du Burkina (CFOP) estime que la gestion de la crise du coronavirus est loin d’être bonne. Du premier décès au plan de riposte, en passant par le budget de la riposte, le président de la NAFA, Mamoudou Hama Dicko a partagé le point de vue du CFOP sur cette pandémie de coronavirus. Ce mardi 28 avril 2020, il est aussi revenu sur le cas du décès de la deuxième vice-présidente de l’assemblée nationale.

Le 17 et le 23 avril 2020, l’opposition politique et la majorité présidentielle se sont retrouvés autour de la table du dialogue politique. Les rencontres avaient pour objectif d’échanger sur les grands points qui alimentent la vie quotidienne au Burkina. Sur le cas de l’organisation des prochaines échéances électorales, l’opposition politique estime que les élections doivent se tenir sans conditions.

« La CENI a dit qu’elle était capable d’organiser les élections à  bonne date », a déclaré le président de la NAFA, Mamoudou Hama Dicko.  Il a aussi expliqué que des points sont intouchables dans la constitution. Il s’agit entre autres de la durée du mandat  présidentiel, la nature et la forme républicaine de l’État  et la clause limitative du nombre de mandat.

La gestion du Covid-19

Le CFOP marque son désaccord sur le plan de riposte mis en place par les autorités au Burkina. Sur le budget, la manière de communiquer et même sur les mesures sanitaires et économiques, Mamoudou Hama Dicko souligne que le gouvernement a copié d’autres plans. Prenant l’exemple sur le Bénin, il ajoute que le président béninois a anticipé. « Il n’a pas (…) copié ce qui se passe ailleurs. Il a une vision et il l’a appliqué », a-t-il martelé.

Basile SAMA

Burkina 24

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre