G5 Sahel : Des soldats tchadiens supplémentaires dans la zone des « trois frontières »

1057 0

Les pays du G5 Sahel et la France ont émis le projet d’envoyer un demi-millier de soldats tchadiens dans la région dite des « trois frontières ». Cette région est régulièrement la cible d’attaques terroristes entre le Mali, le Niger et le Burkina Faso.

Réunis en visioconférence ce lundi 27 avril 2020, les ministres des Affaires étrangères et de la Défense du G5 Sahel en l’occurrence du Mali, du Tchad, du Niger et Burkina Faso et de la Mauritanie ainsi que leur homologue français ont insisté sur « l’importance de l’envoi dès que possible d’un bataillon tchadien dans la zone des trois frontières », comme l’indique la déclaration conjointe publiée à Paris.

Idriss Déby, le chef de l’Etat tchadien, avait annoncé ses intentions de mettre fin à la participation de son armée nationale à des opérations hors des frontières tchadiennes alors qu’il est le pillier principal de la force française Barkhane au Sahel. Toutefois, en janvier 2020, il avait accepté d’envoyer un bataillon supplémentaire d’environ 500 hommes dans la région des trois frontières, au sein de la Force du G5 Sahel.

Pour mettre fin au suspense, la ministre française des Armées Florence Parly a assuré le 17 avril 2020 que le Tchad restait engagé dans le G5 Sahel.

Lors de leur conclave à Pau dans le Sud-ouest de la France, le président français Emmanuel Macron et ses homologues du G5 Sahel avaient accordé leur violon en vue d’accentuer leurs efforts militaires sur la région des trois frontières et de renforcer la coopération de leurs armées sur le terrain.

Les effectifs de Barkhane estimés entre 4 500 à 5 100 militaires devraient permettre de faire face à la force de frappe des terroristes.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU
Burkina24
Source : Jeune Afrique



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *