1er-Mai 2020 : Le message de l’UPC

279 0
ECOUTER

Ceci est un message de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) à l’occasion de la fête du travail.

1er mai 1886 – 1er Mai 2020 : les travailleurs de monde entier célèbrent 134 ans de lutte acharnée pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Au Burkina Faso, les travailleurs du Public et du Privé ne  dérobent pas à cette tradition. A l’occasion de cette fête du 1er mai, l’Union pour le Progrès et le Changement (UPC) souhaite une bonne fête à tous les travailleurs.

Nos premières pensées vont aux paysans et aux éleveurs, surtout ceux ayant été contraints de fuir leurs localités et d’abandonner leurs outils de travail.

Aux commerçants, aux ouvriers et aux acteurs du secteur informel affectés par la crise du Covid-19, nous exprimons notre solidarité.

 Nous avons également une pensée particulière pour tous ces travailleurs du Public qui ont vu leurs salaires illégalement suspendus ou coupés ces derniers mois suite aux différentes manifestations menées contre la pressurisation de leur pouvoir d’achat par le régime en place. Nous exhortons le Gouvernement à réparer les torts subis, afin de permettre une reprise des négociations.

C’est également l’occasion pour nous de féliciter les travailleurs de la Santé qui, par leur don de soi en ces temps de pandémie du Covid-19, nous ont permis d’espérer voir bientôt le bout du tunnel.

Nous encourageons nos Forces de défense et sécurité qui sont tout le temps au front dans le cadre de la lutte contre cet autre fléau qu’est le terrorisme.

L’UPC souhaite beaucoup de chance et de courage à tous ceux qui sont à la recherche de travail, et à ceux qui ont perdu leur travail. Elle les invite à garder espoir.

Bonne fête de travail à toutes et à tous!

Ouagadougou, le 1er mai 2020

Pour le Bureau politique national de l’UPC,

Le Secrétaire général national

Rabi YAMEOGO

B24 Opinion

Les articles signés B24 Opinion sont soumis par nos lecteurs et/ou des libres penseurs et n'engagent que la responsabilité de leurs auteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre