COVID-19 au Burkina Faso : Les conditions pour la reprise des activités de transport

1877 0

Le ministère en charge des transports s’est accordé avec les faîtières des transporteurs routiers et urbains de personnes autour d’un certain nombre de mesures dans l’éventualité d’une reprise des activités du transport au Burkina Faso.

Dans le but de contenir la propagation du coronavirus au Burkina Faso, le ministère en charge des transports a décidé de l’arrêt de l’activité  du transport sur toute l’étendue du territoire depuis le lundi 23 mars 2020.

Dans l’optique de l’allègement des mesures de quarantaine et suspensives du transport public, interurbain, péri-urbain et rural de personnes, des discussions ont été menées entre le ministère de tutelle, la fédération nationale des acteurs du transport routier (FENAT), la faîtière unique des transporteurs routiers du Burkina (FUTRB), le Haut conseil des transporteurs du Burkina, les Fédérations des associations de taxi et la SOTRACO.

Selon deux communiqués signés le 30 avril 2020 et publiés ce 1er mai 2020 par le Service d’information du gouvernement (SIG), les différents acteurs ont convenu d’un certain nombre de conditions afin de favoriser l’allègement des mesures de quarantaine et suspensives du transport. L’idée vise également à lutter contre la propagation du Covid19.

Au titre du transport routier, il est convenu la limitation du nombre de places à 70 pour les bus de plus de 80 places ; 60 pour les plus de 70 places ; 55 pour les plus 65 places ; 45 pour les plus de 55 places ; 35 pour les bus de 45 places au plus ; 25 pour les bus de 35 places au plus ; 15 pour les bus de 22 places au plus ; 15 pour les plus de 19 places ; 10 pour les plus de 15 places.

Au niveau des taxis, le nombre de places limité à quatre…

La température des passagers devra aussi être prise à l’aide des thermos flashs au niveau des terminaux de voyages. Sont obligatoires notamment le port de masques, l’utilisation de gel hydro-alcoolique à l’entrée de chaque bus, le lavage des mains au savon, la désinfection des bus une fois par jour avant chaque départ et celle de la gare au moins une fois par semaine.

Les acteurs du transport routier sont appelés à éviter les regroupements de plus de 50 personnes dans les halls en organisant la fluidité des débarquements et d’embarquement, et éviter également le transport de bétail dans les véhicules de transport interurbain de personnes.

Concernant le transport urbain de personnes, il est convenu, au niveau des taxis, la limitation du nombre de places à quatre, à savoir deux personnes à l’avant et deux à l’arrière, l’obligation de porter des masques, l’obligation de servir du gel hydro-alcoolique, l’obligation de désinfecter les véhicules au moins une fois par jour ; l’obligation du lavage des mains au savon dans les gares de taxis.

Au niveau de la SOTRACO, les acteurs, selon le SIG, sont d’accord pour la limitation du nombre de places à 50 pour les bus de plus de 50 places,  à 20 pour les bus de 35 places au plus, l’obligation de la prise de température à l’aide des thermos flashs au niveau des terminus centraux de bus,  l’obligation du port de masques pour tous les passagers, de l’utilisation de gel hydro-alcoolique et du lavage des mains au savon, l’obligation de désinfecter les bus une fois par jour avant chaque départ le matin, l’obligation de disposer quotidiennement de tentes et de chaises au niveau des terminus pour respecter la distanciation.

Pour l’heure, aucune date de reprise des activités du transport n’a été fixée.



Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *