Chronique de Ramadan : Ramadan, travail et gestion du temps

300 0
ECOUTER

La Chronique de Ramadan est proposée par l’Imam Alidou Ilboudo.

Le ramadan, de par le jeûne et la multiplication des offices qu’il contient, peut s’avérer fatigant pour le fidèle qui voit une désorganisation de ses emplois du temps habituels. Maintenant, il doit se lever plus tôt que d’habitude, et supporter en plus la faim, la soif et le sommeil.

Pour le musulman, si Allah nous a prescrit le jeûne, c’est qu’il y a, un bien énorme, en cela. Mais si nous dévoyons la pratique par notre mauvaise interprétation, nous pouvons y rencontrer une souffrance. Sans nul doute le jeûne va perturber notre quotidien et nous avons le devoir de nous réorganiser pour toujours être avec Allah par l’adoration et avec les hommes par les fruits de cette adoration. Comment donc gérer notre temps en ramadan pour être efficaces, productifs ?

Le temps est la chose la plus mal gérée sous nos contrées par les communautés musulmanes ; aucune activité ne débute et ne finit à l’heure indiquée. Quand vous donnez la parole à un prédicateur pour un sujet précis, il consacre tout le temps à l’introduction et survole enfin le sujet. Le retard est presque normal et venir à l’heure sort de l’ordinaire. Le plus gros de notre temps est consacré aux causeries inutiles et même au sortir des mosquées, entre deux prières rapprochées, souvent rien de bon n’est fait. Pourtant,  tout est mis en œuvre pour une prise de conscience par le croyant de l’importance du temps dans la vie. Nous pouvons comprendre la grandeur du temps parce qu’Allah (qu’Il soit exalté) a juré par le temps : « Par le Temps ! L’homme est certes, en perdition, sauf ceux qui croient et accomplissent les bonnes œuvres, s’enjoignent mutuellement la vérité et s’enjoignent mutuellement l’endurance »[Le temps : 1-3].

L’imam Chaafi dit : « même si Allah n’avait révélé que ces versets, ils suffisent comme preuve aux humains ».

Tuer le temps, passer le temps à ne rien faire d’utile est devenu le sport favori chez nous. Ce n’est pas pour rien que les gens luttent pour avoir des jours fériés ; cela devient plus insidieux quand on trouve la journée très longue parce qu’on a jeûné et qu’on cherche qu’elle s’écoule rapidement sans qu’on ne la sente. Alors on se met devant sa télé et on « zappe » de chaines en chaines à la recherche d’émissions ou de films captivants.

 Ou,  on se retrouve en groupe d’amis pour discuter de politique ou de sport. (Je n’ai rien contre le sport mais quand on passe le temps dans un « maquis-canal », c’est excessif !)

Ramadan est décrit dans les textes prophétiques comme le meilleur des mois et ses heures, les meilleures des heures. Chacun de nous devrait s’efforcer d’inscrire des actions nobles dans ces cadres horaires exceptionnels au lieu de les remplir de banalités, sinon, d’insanités.

Le musulman doit être conscient du temps qui s’écoule et qui ne revient pas et profiter de sa situation de santé actuelle pour “performer”(exceller). Le prophète a enseigné : « il y a deux bienfaits dont beaucoup de gens sont privés : la bonne santé et le temps libre. »

Nous tous avons conscience que la santé est un bien mais peu d’entre nous savent aussi que le temps libre en est un aussi. En réalité si on veut bien voir, on n’a pas le temps : aucun homme, quel que soit sa durée de vie n’a jamais fini ses chantiers dans ce bas monde. On part toujours en ayant quelque chose d’inachevé. Alors d’où nous vient-il ce sentiment qu’on a du temps à tuer ? En vérité, chacun de nous est une somme d’instants, et tuer le temps c’est tuer une partie de nous. Le temps, ce n’est pas que de l’argent ; le temps, c’est la vie.

Le temps bien géré doit permettre d’être toujours productifs en ramadan et même plus. Ramadan n’est pas le mois du repos et du sommeil. Il est vrai que la fatigue, la faim et la soif peuvent avoir des effets qui amoindrissent notre rendement. Cela est aussi un enseignement de la pratique : l’homme ne vit pas que de pain. Donc, qu’une fois par an, un mois durant, il ralentisse sa production et sa consommation matérielle et se concentre sur l’aspect spirituel.

L’économie d’un pays même à 100% musulman doit continuer à tourner pendant le ramadan; c’est au fidèle de s’organiser à l’échelle individuelle pour rentabiliser sa journée et ne pas se laisser handicaper par la fatigue et le besoin de sommeil. Pour cela, il faudra combatte au maximum les facteurs qui dispersent notre temps et dissipent nos forces.  Il nous faut nous recentrer sur l’essentiel et délaisser l’accessoire. Quelle est cette mauvaise habitude de rester à traîner dans des causeries sans intérêt à la mosquée alors que la prière est terminée ? Si le fidèle s’organise, il peut dormir un peu plus tôt (supprimer la télé par exemple), se réveiller assez tard, juste pour prendre le repas du petit matin à l’approche de l’aube. (c’est d’ailleurs une recommandation prophétique que de retarder le souhour), et s’arranger pour avoir une petite sieste de 15 à 30 mn après la prière de la mi-journée (zouhr).

Le musulman qui est dans un service ne doit pas prétexter le jeûne pour paresser, arriver en retard et partir avant l’heure. On comprendra qu’il n’a pas la forme des grands jours mais il doit en conserver l’intention et la bonne volonté. Allah n’a nul besoin que nous cessions de manger et de boire pour lui. Il a besoin de nous améliorer par le jeûne pour nous approcher des créatures. C’est pourquoi le travail reste capital même en temps de jeûne. L’histoire de la révélation nous informe que les plus grandes victoires des armées musulmanes l’ont été en ramadan : Badr, conquête  de la Mecque, libération d’Al Qouds avec Saladin ( Salaheddine Ayyoub).

Quand le fidèle musulman travaille dans une entreprise personnelle, il doit aménager son temps pour continuer à satisfaire à la demande sociale. Quand c’est dans une entreprise communautaire comme un service privé ou public, son jeûne ne doit pas handicaper la chaîne du travail.

Il est bon que tous les fidèles soient conscients de cela car si en ramadan, tous les musulmans demandent un congé pour faire une Oumra à la Mecque ou pour faire une retraite à la mosquée, c’est qu’il y a eu un manque de compréhension. Malheureusement, ça arrive souvent car les uns et les autres pensent qu’ils jeûnent pour le paradis et tout devient négligeable à leurs yeux. De cela nous parlerons un autre jour.

De façon plus générale, plusieurs stratégies qui sont conseillées par les professionnels du travail productif que nous pouvons utiliser en ces temps de confinement où le télétravail et le travail à domicile est beaucoup plus utilisé. Pour avoir une journée bien remplie il nous faudra donc :

-être clair sur nos objectifs : savoir ce que nous voulons faire de chaque 24 heures qui nous sont offertes

-planifier chaque journée en listant les différentes tâches qu’on se donne d’accomplir

-prioriser les  tâches  dans la liste  en commençant par celles qui donnent plus de résultats. On pourrait s’inspirer de la loi de pareto(20/80) ou aussi du principe du courrier en répondant à des mails pour lancer la journée

-travailler le plus sur la loi  45/15  soit des séances 45mn de travail assidu  durant les quelles le téléphone est éteint et toute l’attention est concentrée sur le travail. Suivront 15 mn de récupération. Et le cycle reprend.

Qu’Allah nous donne une bonne compréhension de sa religion. Bonne suite de ramadan dans le respect des consignes liées à la maladie du covid19


NB- participez à l’opération « RAMADAN AVEC LES DEMUNIS » en contribuant aux numéros suivants :

Orangemoney :  76926217

Mobicash : 72959511

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre