Chronique de Ramadan : Ramadan et respect des engagements

118 0
ECOUTER

La chronique de Ramadan est proposée par l’Imam Alidou Ilboudo.

« O vous qui croyez ! Le jeûne vous été prescrit comme il l’a été à ceux qui vous ont devancés, ainsi vous atteindrez à la piété.  » (Coran II, 183).

Le jeûne de ramadan ne finira jamais de nous éduquer. Chaque ramadan est unique et comporte ses défis bien singuliers.  L’actuel, avec le corona et ses mesures de restrictions, bouscule les habitudes et ébranle les certitudes.  La récente sortie des jeunes musulmans au siège de la fédération  peut être un signe du changement ou juste un effet domino ou pangolin qu’on aura vite oublié. On en a vu aussi juste après l’insurrection, mais de cela on parlera prochainement.  Ce qui urge tient au respect des engagements contenus dans la demande de la FAIB pour que l’ouverture des mosquées soit effective, et plus généralement de la place de la parole donnée en islam.

La parole donnée est sacrée en islam et son respect fait partie intégrante de la foi. Le prophète décrit l’hypocrite par les traits suivants : « quand il parle, il ment. Quand il promet, il ne tient pas. Quand il s’engage il trahit. Quand il se dispute il outrepasse la mesure.  »  Et dans plusieurs versets le coran condamne l’hypocrisie et voue les hypocrites au châtiment de l’enfer. Au risque de passer pour faux ou hypocrites, le suivi et le respect des engagements sont nécessaires. Et Dieu seul   sait jusqu’où on s’engage quand on couche cela par écrit et on appose sa signature ! Assurément le croyant est sérieusement interpellé dans une telle posture. Lisons :

« -O vous qui croyez ! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas ? C’est une grande abomination auprès d’Allah que de dire ce que vous ne faites pas. » (Coran 61 v 1-2)

« -O croyants ! Remplissez fidèlement vos engagements(…) » sourate 5 V1

« (…) Et remplissez l’engagement, car on sera interrogé au sujet de l’engagement » (Sourate  17 v34)

« Et mentionne Ismaël  dans le livre. Il était fidèle à ses promesses… » (Sourate 19 v54)

Le prophète (SAW) a dit : «  les croyants sont tenus à leurs engagements » ; et à l’œuvre, on l’a vu avec ses compagnons tenir des engagements qui étaient manifestement défavorables à la communauté. Le célèbre pacte de Houdeibya est un exemple historique que tous les savants se plaisent  et complaisent à rappeler.

Le jeûne est un acte hautement spirituel et la rigueur  est exigée dans son accomplissement ; d’après Abou Houreira le prophète a dit : «  celui qui ne renonce pas au mensonge et aux pratiques qui y correspondent (faux), Dieu n’a nul besoin qu’il renonce au manger et au boire pour lui. »

Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude, dit-on. On attend de l’homme religieux, du fidèle et croyant qu’il soit un modèle dans ses choix, paroles et comportements de tous les jours. On attend du croyant qu’il ramène les gens à la vertu quand ils s’en sont éloignés. On attend du croyant qu’il soit la boussole et la lumière, qu’il indique le chemin.

En définitive, où en sommes-nous avec les préalables que nous avons donnés pour ouvrir les mosquées ? Où en sommes-nous avec le respect des consignes auxquelles nous nous sommes engagés ? Ou bien, nous nous sommes engagés autrement qu’en religieux, sinon selon les enseignements de notre foi, cela s’appelle un engagement et devant Dieu nous allons en répondre.

Bonne suite de ramadan dans le respect des consignes.

Rédaction B24

L'actualité du Burkina 24h/24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre