COVID-19 au Burkina Faso : L’ONI s’adapte

1474 0

Avec l’avènement du covid-19 au Burkina, les opérations spéciales de délivrance de Cartes Nationales d’Identité Burkinabè (CNIB) ont été suspendues. Le gouvernement a autorisé la poursuite desdites activités. Afin de rattraper le retard accusé durant ce temps de suspension, l’Office National d’Identification (ONI) a mis en place un plan d’adaptation. Face aux agents des Centres de Traitement Intermédiaire des Données (CTID)  ce jeudi 7 mai 2020 à Ziniaré, le directeur général de l’ONI, Aristide Béré a entamé des échanges pour une appropriation du plan par les agents.

A la date du 18 mars 2020, l’ONI avait déjà enrôlé plus de 530 000 demandeurs de CNIB. Mais face à la menace covid-19, les activités ont été suspendues. Ainsi, seules les régions de l’Est, du Centre-Est, de la Boucle du Mouhoun et des Cascades avaient été prises en compte. Dans le but d’atteindre son objectif qui est d’établir 1 900 000 CNIB en 2020, l’ONI a élaboré un plan d’adaptation.

Une baisse de la production quotidienne de CNIB de plus de 50%, est l’une des conséquences directes de la suspension des activités. Pour redresser la pente, le directeur général de la structure, Aristide Béré et ses collaborateurs ont mis un certain nombre de dispositions en place. Il s’agit, entre autres, de doter en kits de protection les agents enrôleurs et le strict respect des consignes sanitaires.

« Il ne sert à rien de faire les opérations après les équipes de la CENI »

Selon Aristide Béré, les neuf régions restantes trouvent leurs comptes dans le plan d’adaptation. Et ce, dans le souci de respecter le calendrier électoral. Ainsi, les 54 agents des CTID vont faire connaissance avec la ligne directrice du premier responsable. « Il était nécessaire que nous rencontrons ces agents, leur partager le plan d’adaptation pour qu’on adopte les techniques de façon consensuelle », a laissé entendre le directeur général de l’ONI.

La structure entend également faire une étude des actions déjà menées et à venir pour trouver les failles et les manquements afin de rectifier le tir. Selon les propos du directeur général de l’ONI, la collaboration avec la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) est permanente car, « il ne sert à rien de faire les opérations après les équipes de la CENI ».

Rendez-vous est donc donné pour le 25 mai, date du début effectif des opérations. Les agents enrôleurs passeront 10 jours au minimum dans chaque commune. « Il y aura un déploiement massif et quasiment instantané », a laissé entendre Aristide Béré.

Basile SAMA

Burkina 24



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *