Côte d’Ivoire : Guillaume Soro visé par une autre plainte en France

939 0

Les avocats de 6 personnes s’étant constituées parties civiles, accusent l’ex-président de l’Assemblée nationale ivoirienne de « torture, assassinat et crimes de guerre » pour des faits commis au plus fort de la rébellion ivoirienne alors qu’il en était le chef entre 2003 et 2011.

A en croire les plaignants au nombre desquels la fille d’Ibrahim Coulibaly dit IB, tué le 27 Avril 2011 dans les premières heures de la chute de Laurent Gbagbo, Guillaume Soro en exil en France et désormais opposant au pouvoir d’Abidjan aurait commandité cette mort ainsi que celle de 4 autres personnes. Ces assassinats auraient servi à asseoir son leadership sur les Forces Nouvelles.

Les cas de Soualio Coulibaly et d’Issiaka Timité ont également été mentionnés dans cette plainte tout comme ceux de Kassoum Bamba et d’Abdoulaye Doumbia deux fidèles d’IB. Le premier aurait été tué après la prise par les hommes de Guillaume Soro du camp qu’il dirige à Bouaké (Centre-Nord). Le second, lui, a été identifié par l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire parmi plusieurs cadavres retrouvés dans un charnier à Korhogo (Nord). Quelques jours avant cette découverte macabre, des affrontements avaient opposé deux factions des forces nouvelles, en l’occurrence celle d’IB et de Guillaume Soro.

Ces plaignants accusent, par conséquent, Guillaume Soro comme ayant commandité ces meurtres ainsi que celui de son rival IB.

Maître Noémie Saidi-Cottier, une des avocates des parties civiles, assure que ce dossier n’est aucunement en rapport avec le calendrier électoral en Côte d’Ivoire.

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Burkina24

Source : RFI



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *