COVID-19 au Burkina Faso : Les mesures barrières enseignées à la grande Mosquée sunnite de Ouaga

147 0
ECOUTER

La prière de ce vendredi 8 mai 2020, à la Mosquée centrale du mouvement sunnite de Ouagadougou, a été de courte durée. 25 minutes au total, prêche y compris. Plusieurs fidèles retardataires ont même été obligés de rattraper la prière à grandes enjambées. Coronavirus oblige, l’Imam a saisi l’occasion pour appeler ses frères et sœurs en Islam au respect strict des mesures édictées par les autorités sanitaires.

Il est 12h 30. Des boubous de toutes couleurs affluent vers la Mosquée centrale du mouvement sunnite. La majeure partie des personnes portent des cache-nez et tiennent leurs tapis individuels. Mais quelques-unes n’en disposent  pas.

Des babouches essaiment la devanture du lieu de culte. Des cordons de sécurité rappellent le sens interdit aux usagers de deux à quatre roues. La route est barrée. Le reste du chemin doit se faire à pied pour ceux qui n’ont pas de handicap physique.

Yacouba Sawadogo dit porter régulièrement son cache-nez.

Des nattes et tapis de prière sont étalés le long du bitume. Plusieurs lave-mains installés çà et là sont en train d’être utilisés. Mais, il n’y a pas de temps à perdre. Plusieurs fidèles hâtent le pas pour ne pas rater les derniers instants de cette importante prière musulmane.

« J’ai des difficultés respiratoires lorsque je porte un masque »

Avant les deux Rakats, l’imam, le Docteur Mohammad Kindo, insiste sur les conditions que les différents responsables des lieux de culte ont convenues à la réouverture des mosquées. Il s’agit, entre autres, de la désinfection régulière des mosquées, l’aération des mosquées, la prise des ablutions à la maison autant que possible, la prise de température par thermo flash et le respect de toutes les consignes sanitaires édictées.

La durée du prêche et de la prière de ce vendredi a été écourtée. La Koutbah, qui a porté essentiellement sur la lutte contre le COVID-19 et le respect des mesures barrières, n’a duré que 15 minutes. Quant à la prière à proprement parler, en dix minutes, les fidèles l’ont déjà accomplie. 

13h moins 5, la foule se disperse. Comme préconisé, les adeptes de la religion monothéiste fondée sur le Coran se sont empêchés de se serrer les mains après la prière. Chacun s’attèle à libérer la Mosquée et ses environs.

Wahabo Sana est un vendeur de pièces détachées. Il est aperçu sans masque aux abords de l’édifice religieux. « J’ai des difficultés respiratoires lorsque je porte un masque. C’est pourquoi je l’ai enlevé. Sinon je l’avais porté avant de rentrer à la Mosquée et même pendant la prière. Avant de rentrer à la Mosquée, j’ai également lavé mes mains au savon », assure l’homme à la longue barbe tout en sortant son cache-nez de sa poche.

« C’est pour notre bien. C’est pour notre santé »

Il dit être convaincu que c’est le port du masque qui pourrait être difficile. Sinon « la religion musulmane est faite de sorte que chaque fidèle doit se laver régulièrement les mains (Faire l’ablution) au moins cinq fois par jour », dit-il.

Quant à Yacouba Sawadogo, Commerçant au grand marché de Ouagadougou, il pense que tous les musulmans doivent respecter les mesures édictées par les autorités. « Chacun doit porter un masque, se laver les mains au savon avant d’accéder à la Mosquée, se munir d’un tapis de prière, ne pas se serrer les mains, etc. C’est préférable que tous les musulmans appliquent ces mesures. Cela ne dérange personne en rien. En plus, c’est pour notre bien. C’est pour notre santé », justifie-il.

L’imam a précisé que les mesures édictées par les autorités sanitaires ne sont en rien contraires aux dispositions islamiques, se rappelle le fidèle musulman. « D’ailleurs, vous avez constaté qu’il a dirigé la prière de ce vendredi en 25 minutes. Le prêche (La Koutbah) et la prière, il a cumulé les deux en 25 minutes. Alors que d’habitude, ces deux étapes prennent au moins 45 minutes. Il l’a fait conformément à la charte établie pour la réouverture des Mosquées », foi de l’homme de Dieu.

La recherche de la nuit du destin appelée à être stoppée si…

En rappel, c’est depuis le vendredi 20 mars 2020 après la prière de 13h que les Mosquées ont été fermées ; sur décision de la Fédération des associations islamiques du Burkina (FAIB). Les Mosquées ont été rouvertes le 2 mai 2020.

Une fois la réouverture effective, les responsables des lieux de culte ont convenu de s’assurer de la prise en compte des heures du couvre-feu et terminer la prière d’icha et de tarawih au plus tard à 20 heures 30 minutes en ces temps de Ramadan. Il est également demandé de suspendre les assises de tafsirs et se pencher vers une option médiatique.

La recherche de la nuit du destin est appelée à être stoppée si les conditions du couvre-feu restent inchangées. Il est également conseillé d’éviter les prises de repas communautaires à la rupture du jeûne. Une solution de partage avec des kits est vivement souhaitée. L’imam a rappelé toutes ces mesures lors de la prière de ce vendredi 8 mai 2020.

Noufou KINDO

Burkina 24

Noufou KINDO

@noufou_kindo s'intéresse aux questions liées au développement inclusif et durable. Il parle Population et Développement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre